Sur papier, rien n'est insurmontable. Les 191 kilomètres entre Biella et Canale ne comptent aucun col, tout au plus deux ascensions de 4e catégorie et une de 3e catégorie, mais la tension sera toutefois bien présente dans le peloton.

Une météo délicate

La pluie devrait s'inviter tout au long de l'étape, ce lundi. De quoi tétaniser quelques muscles, bien que les 18 degrés annoncés limiteront les dégâts, et rendre les routes glissantes. Dans ces conditions, et alors que les coureurs devront négocier quatre descentes plus ou moins techniques dans le dernier tiers de l'étape, Remco Evenepoel devra être vigilant en tête de peloton. Et se rassurer très vite sur ses trajectoires puisque la dernière descente qu'il a empruntée en compétition a débouché sur une longue convalescence.

Un parcours piégeux

Pourtant, aucune des trois ascensions répertoriées n'est insurmontable. Piancanelli (7,5 kilomètres à 4,9% de pente moyenne), Castino (5,1km à 4,8%) et Manera (4,9km à 5,9%) pourraient même épargner les sprinters. Mais après ces trois difficultés, il restera une bosse non répertoriée, dont le pied est situé à 18 kilomètres de l'arrivée: Guarene (2,6km à 6,8%). Celle-ci risque d'être plus animée que les précédentes puisque ses routes étroites et ses forts pourcentages (plus de 10% sur le sommet) devraient permettre aux coureurs les plus explosifs de distancer le peloton. Reste à savoir si une éventuelle échappée pourra ensuite résister au retour de la meute dans les 15 derniers kilomètres.

Des bonifications convoitées

Dernière donnée à prendre en compte: les bonifications accordées par l'organisation au sommet de cette dernière difficulté. Si elle ne distribuera aucun points pour le classement de la montagne, Guarene offrira respectivement 3, 2 et 1 seconde de bonifications aux trois premiers au sommet. Ce dimanche, déjà, on a vu Ganna, Evenepoel et Bernal se mêler à la lutte pour les secondes de bonifications sur un terrain plat. Si les favoris pour la victoire finale se mêlent aux puncheurs qui veulent remporter l'étape dans une offensive, cela pourrait casser le peloton en plusieurs morceaux.

Pour rappel, Remco Evenepoel est actuellement 4e du classement général, à 20 secondes de Filippo Ganna. Mais il compte surtout 21 et 22 secondes d'avance sur Simon Yates et Egan Bernal, les deux principaux favoris pour le classement général.

© Giro.it