L'Australien Robbie McEwen, qui a terminé les deux premières étapes du Tour de France cycliste à la deuxième place, se fait manipuler trois fois par jour par un ostéopathe depuis le départ du Tour. `Après le prologue, j'ai ressenti une douleur dans le dos, a expliqué le coureur de l'équipe Lotto. Aujourd'hui, cela va mieux. Mais il faut continuer le travail´.

Le champion d'Australie a nourri de vifs regrets après son sprint de Sarrebruck: `Je suis parti trop tôt. J'ai l'impression d'avoir lancé le sprint pour Freire. J'ai vu son ombre passer devant moi, je ne pouvais rien faire. A moins de le balancer dans les barrières... Bien sûr, je suis déçu mais c'est la loi des sprints. C'est aussi le signe que je peux gagner.´

McEwen, qui a devancé pour la première fois Zabel après ces deux premiers sprints massifs, a réagi à ce sujet: `Etre battu par Zabel pour la deuxième place, cela m'est égal. Seule la victoire compte. Mais, dans les sprints, on perd plus souvent que l'on gagne...´

Dans sa carrière, le coureur de Brisbane a gagné notamment la dernière étape du Tour 1999, à Paris. Il s'est imposé à douze reprises cette saison, notamment dans deux étapes du Tour d'Italie. Dans le cadre de ce Tour de France 2002, il peut en tout cas compter sur le travail de ses coéquipiers de Lotto-Adecco. A l'image de Christophe Brandt, qui fut aux avant-postes durant le final où il a tenu la dragée haute à l'armada Telekom. De bon augure pour la suite des événements, au sein d'une équipe où l'on peut désormais jouer sur plusieurs tableaux.

© Les Sports 2002