Jusqu'ici Johan Museeuw, l'actuel leader, a été le seul coureur à tenir tête aux Italiens grâce à ses succès dans Paris-Roubaix au printemps et à la HEW-Cyclassics, dimanche dernier, à Hambourg.

Anciens vainqueurs avec les Italiens Francesco Casagrande (1998 et 1999), Davide Rebellin (1997) et l'Allemand Udo Bolts (1996), Lance Armstrong (1995) et Laurent Jalabert (2001) voudront donner du panache à cette 21e édition de la seule classique espagnole.

Au bord d'une des plus belles baies de la planète, le quadruple lauréat du Tour de France et le maillot à pois de la Grande Boucle veulent encore s'attribuer la vedette d'une course dont la vocation demeure d'être superbement animée. Le relief, avec six côtes allant 3,73 à 7,33 pour cent, s'y prête.

De plus, les deux hommes apprécient l'endroit. Le Texan y fit ses débuts professionnels après les Jeux Olympiques de Barcelone, en 1992. Sa dernière place, à plus d'une demi-heure, fut alors loin de le décourager. Trois années plus tard, le leader de l'US Postal passait en effet la ligne en vainqueur.`Jaja´ porte aussi cette classique haut dans son coeur. Son long passé vélocipédique en Espagne avant son divorce avec la Once y est pour quelque chose mais, plus encore sans doute, ce succès l'an dernier, qui lui a permis de parapher une éblouissante saison après deux victoires d'étape sur le Tour.

Souvent animateurs de l'aventure de 227 kilomètres dans l'arrière pays de Saint-Sébastien (où départ et arrivée sont jugés), les Casagrande, Rebellin, ou Michele Bartoli et Paolo Bettini devraient à nouveau jouer un rôle majeur. En dépit d'une météo à la pluie leur étant peu favorable, les Espagnols aimeraient également renouer avec un succès qui leur échappe depuis 1990, date de leur ultime inscription sur les tablettes au nom de Miguel Indurain.

© Les Sports 2002