A l'exception de Dave Bruylandts, insuffisamment remis de ses efforts et de la déception de la veille mais surtout par trop isolé face à plusieurs blocs (Rabobank, Lotto, Quick Step notamment) quant à eux surreprésentés à tous les moments cruciaux, et en l'absence de Museeuw, de Boonen ou de Van Petegem, ceux qu'on attendait hier sur les pentes de la côte d'Alsemberg ont répondu présent.

Que Michael Boogerd, Luca Paolini et Axel Merckx par exemple se soient disputé la victoire, avec Marc Lotz, Didier Rous et le très prometteur Nico Sijmens, déjà 10e de la même course il y a douze mois, n'étonnera nullement. Ces six hommes furent, en effet, de toutes les principales manoeuvres d'une cour- se dont le parcours, véritable montagne russe où une ascension succède à une autre toutes les cinq minutes, ne laisse finalement en présence que les plus costauds.

Après de multiples escarmouches, dans lesquelles un Axel Merckx peut-être trop actif fut le plus souvent impliqué, dix-sept hommes s'échappèrent à une quarantaine de bornes du but. Il y avait notamment quatre Rabobank (Boogerd, Lotz, Kroon et Freire, venu s'entraîner puisqu'il quitta la course peu après), deux Lotto (Merckx et Baguet), deux Crédit Agricole-Colnago (Sijmens et De Waele), deux MrBookmaker (Leukemans et Van de Wou- wer), deux Bodysol (Florencio et Juffre) ainsi que plusieurs individualités, Bartoli, Rous ou Paolini, seul Quick Step du groupe de tête.

L'Italien, gardé volontairement en réserve la veille, n'allait pas manquer la passe d'armes qui, sur les pentes de l'avant-dernière ascension du Bruineput, propulsa six hommes au commandement. Lui-même donc, mais aussi Merckx, Boogerd, Sijmens, Rous et Lotz.

A deux, les Rabo étaient encore en surnombre mais Lotz ne put apporter d'autre aide à son leader Michael Boogerd qu'en colmatant -mais avec succès!- les brèches que tentèrent d'ouvrir à plusieurs reprises Axel Merckx encore mais aussi le jeune Nico Sijmens.

Une dernière accélération de Luca Paolini, elle-même consécutive à une ultime tentative de Sijmens, étira le groupe au pied même de la côte d'Alsemberg qu'Axel Merckx aborda sans doute un peu trop éloigné de Michael Boogerd pour pouvoir répondre au démarrage de Boogerd. Seul Paolini, finalement plus fort que n'avait laissé penser son attaque, revint directement sur le Néerlandais car si Sijmens recolla in extremis, il a payé directement l'effort consenti. Plus rapide, le jeune Italien n'allait éprouver que peu de problèmes pour régler Boogerd et offrir à l'équipe Quick Step-Davitamon sa deuxième grande victoire du week-end après le succès de Tom Boonen la veille au GP E 3.

A huit jours du Tour des Flandres, le moral est au beau fixe dans la formation belge où Museeuw, Bettini, voire Zanini et Knaven sont également des vainqueurs potentiels du Tour des Flandres. Il leur faudra bien profiter de cette force collective pour s'opposer avec succès à Peter Van Petegem, à Dave Bruylandts ou à Michael Boogerd qui ont, aussi, dévoilé leurs atouts ce week-end.

à dédier son succès à son beau-frère, décédé il y a quatre mois. (BELGA)

© Les Sports 2004