Le Wallon, qui rêve d’épingler le dernier monument qui manque à son palmarès, comprend totalement l’annulation de Milan-Sanremo.

Lancé depuis plusieurs années déjà dans la conquête des cinq monuments du sport cycliste, Philippe Gilbert devra encore patienter quelque peu avant de pouvoir épingler Milan-Sanremo, la seule grande course d’un jour qui manque encore à son palmarès. Après les Strade Bianche jeudi, les organisateurs italiens ont en effet annoncé ce vendredi l’annulation de la Primavera à la date initialement prévue du 21 mars.

Une décision que le Wallon comprend totalement. "Il est logique de donner la priorité à la santé de la population", commente ainsi le coureur de chez Lotto-Soudal. "Au-delà de cela, il est difficile pour moi de me projeter. On évoque actuellement la possibilité de disputer Milan-Sanremo plus tard dans la saison, mais tout cela demeure actuellement du conditionnel et parler au conditionnel est le plus souvent une perte de temps. . J’espère désormais que la saison et la vie reprendront leur cours normal au plus vite."