Remco Evenepoel est rentré au pays pour les fêtes de fin d’année. Il a passé Noël en famille, avec ses parents et sa petite amie, après avoir effectué un stage de plus d’un mois en Espagne. Le jeune coureur belge, que tout le monde suit de près, a aussi fait le point sur son travail hivernal dans une interview accordée à VTM. "Je suis toujours en phase de revalidation", explique l’ancien champion d’Europe du contre-la-montre. "Je continue à travailler pour revenir à mon niveau, pour retrouver le coureur que j’étais avant." Soit avant sa chute impressionnante dans un ravin du col de Sormano, sur le Tour de Lombardie, qui a été lourde de conséquences, avec notamment une fracture du bassin. "Cette revalidation prend du temps. Mais quand je vois comment je me remets, cela me donne confiance. Je suis persuadé que je vais revenir aussi fort qu’avant." Soit quand il gagnait toutes les courses par étapes sur lesquelles il s’alignait, comme en cette saison 2020, avec ses victoires au Tour de San Juan, au Tour d’Algarve, au Tour de Burgos et sur celui de Pologne.

Mais le jeune coureur de 20 ans, qui fêtera son 21e anniversaire dans un mois, ne veut pas aller trop vite. S’il est habitué à brûler les étapes dans sa percée dans le peloton pro, au plus haut niveau, il joue la prudence par rapport à sa blessure. "Le but, c’est de travailler calmement à mon retour", continue Remco Evenepoel. "Si tu vas trop vite, tu t’exposes à un contrecoup, qu’il faut éviter. Pour l’instant, j’ai principalement roulé, enchaîné les kilomètres. Mon corps n’est pas encore prêt pour aller à fond dans les charges de travail. On ne sait donc pas encore où je vais reprendre, ni quand."

Même si la saison 2021 pointe déjà à l’horizon. Dans cet entretien, celui qui vise les Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain a précisé qu’il y a peu de chance qu’il dispute le Tour de France en 2021. "J’aimerais d’abord finir un des deux autres Grands Tours, voir ce que je peux y réaliser comme résultat, avant d’aller au Tour de France", explique-t-il. "Le Tour a bien évidemment plus d’aura, mais je ne fais pas beaucoup de différence entre le Giro, le Tour et la Vuelta. Pour moi, ils ont autant d’importance." Il aurait dû effectuer son premier Grand Tour en 2020, avec le Giro, mais sa chute au Tour de Lombardie l’a contraint à reporter sa découverte d’une épreuve de trois semaines d’une saison.