Le cycliste espagnol Roberto Heras, 33 ans, dont la suspension de deux ans pour dopage s'est achevée en octobre, a décidé de mettre fin à sa carrière, faute d'offres intéressantes, selon le quotidien sportif Marca de samedi. "J'ai jeté l'éponge, c'est définitif", a déclaré au journal le triple vainqueur du Tour d'Espagne, suspendu deux ans et déchu de sa victoire sur la Vuelta 2005 par la Fédération espagnole de cyclisme en février 2006.

Heras a reçu des propositions pour revenir dans le peloton, mais ne peut rejoindre, comme il le voulait, une formation du circuit ProTour avant deux ans, selon le code éthique antidopage. "Je continue à ne pas comprendre le code éthique et pourquoi les équipes du ProTour ne peuvent pas engager un coureur qui, comme moi, a purgé sa sanction", a-t-il précisé à Marca. Un autre coureur cycliste espagnol Joseba Beloki, 34 ans, privé d'équipe depuis 18 mois après son implication présumée dans l'affaire de dopage Puerto, vient d'annoncer qu'il mettait fin à sa carrière. Heras estime que "d'autres coureurs importants vont devoir abandonner le peloton, faute d'équipe".

Selon le grimpeur espagnol, "le cyclisme traverse une mauvaise passe: les équipes, les organisateurs, l'UCI (Union cycliste internationale) sont en guerre, il n'y a pas d'union, c'est donc très difficile de sortir de la crise".