l n'y a pas que Tony Martin, qui est kolossal sur ce Tour. L'Allemagne domine également le sprint grâce à Marcel Kittel. Après l'avoir emporté sans concurrence à Bastia, le garçon de 25 ans vient de s'offrir une seconde victoire de rang dans cet exercice en devançant le roi de la spécialité : Mark Cavendish.

Pourtant moins bien emmené que le Cav', une nouvelle fois déposé parfaitement aux 250 mètres par Geert Steegmans, l'Allemand a pu prendre la roue de son rival pour venir le sauter sur la ligne au terme d'un effort magnifique en tout point, tant la vélocité, la force, et l'intelligence tactique du gaillard remettent désormais en cause le statut de n°1 de Cavendish. Si les mauvaises langues diront que Kittel ne l'emporte que lorsqu'une chute se produit dans les derniers hectomètres, le champion du monde 2011 himself déclare ne rien avoir pu faire face à Kittel ce jeudi. "Je n'aurais pas pu aller plus vite et mon équipe n'aurait pas pu mieux m'emmener". Voilà qui résume la valeur de la performance de la nouvelle star du sprint.

Notons que Peter Sagan prend un nouvel accessit avec la troisième place, devant Kristoff, Ferrari, Impey, Rojas, Gene, Lobato et Dumoulin. Pris dans une chute collective à 2,5 kilomètres de l'arrivée, André Greipel n'a pas pu défendre ses chances. Pis, nombreux sont ses équipiers à être tombés, puisque le train Lotto-Belisol s'apprêtait alors à remonter à l'avant du peloton. Les dégâts pourraient être sérieux pour l'équipe belge, puisque Sieberg, Roelandts et Henderson se sont retrouvés au sol, tout comme Boasson Hagen, Arashiro et William Bonnet, qui était à l'origine de cette chute.

Pas de Tours de force...

Malgré le vent, qui soufflait souvent dans le dos, cette étape s'est déroulée sans encombre pour les favoris du Tour. Ils ont d'ailleurs tous évité la chute dans les derniers hectomètres. Comme on pouvait s'y attendre, cette arrivée à Tours n'a donc rien changé au classement général, ni d'ailleurs dans les classements du meilleur jeune et du meilleur grimpeur. André Greipel est par contre définitivement éliminé de la course au maillot vert puisqu'il a désormais 112pts de retard sur Peter Sagan. Cavendish, lui, peut encore y croire bien que son retard semble insurmontable : 86 points. Enfin, le prix du plus combatif du jour est revenu à Juan Antonio Flecha qui s'était échappé dès les premiers kilomètres en compagnie de Mori, Gavazzi, Sicard et Delaplace.