Le Belge a sauvé son maillot de leader après s’être fait peur sur un coup de bordure.

Cette étape reine du Tour de San Juan résonnait comme un beau test grandeur nature par rapport à ses ambitions futures de pouvoir jouer un jour les premiers rôles dans les courses à étapes. Probablement pas encore à 100% mais pas non plus face à une concurrence de niveau mondial, beaucoup attendaient de voir comment le Brabançon allait pouvoir se débrouiller sur les pentes de l’Alto Colorado, dont le sommet culmine à 2624m d’altitude après plus de 18 kilomètres d’ascension à près de 4,5% de moyenne.

Et pourtant, le coureur de Schepdaal a bien failli tout perdre avant même le pied de la longue ascension. À un peu moins de 40 kilomètres de l’arrivée, les coureurs de l’équipe UAE Team Emirates ont réussi le coup de bordure parfait en éliminant notre compatriote, ainsi que le troisième du classement général Oscar Sevilla du groupe de tête. À l’avant, Filippo Ganna (2e), Nelson Oliveira (4e) et Brandon McNulty (5e) pouvaient sentir leur espoir de l’emporter augmenter. Ne pouvant compter que sur l’aide de ses équipiers, Evenepoel voyait l’écart grandir petit à petit atteignant 1’20’’

Mais dans les premières rampes de l’ascension, notre compatriote a pris ses responsabilités. Avec l’aide de Sevilla, il est parvenu à recoller au groupe de tête. Un véritable numéro qui a permis à notre compatriote de gérer le reste de l’ascension en calquant sa course sur ses principaux concurrents à la victoire finale. Plus inquiété pour le classement général, Evenepoel a tenté de remporter la victoire d’étape mais c’est finalement le Colombien Miguel Florez qui s’est imposé au sommet. L’essentiel a été assuré par Remco Evenepoel qui devrait remporter, sans problème majeur la victoire finale, ce dimanche.