Imaginez que la 5e étape du Eneco-Tour du Benelux s'est déroulée hier sans incident notable, sans erreur de parcours et avec un circuit local dépourvu de dangers et quasi de virages! Une boucle de dix kilomètres que les coureurs devaient couvrir à deux reprises sur le périphérique entourant Hasselt, où Max Van Heeswijk a remporté son deuxième succès, après celui conquis à Mierlo jeudi dernier.

Le Néerlandais de Discovery Channel a donc bien digéré les problèmes personnels qui le minaient depuis un an. Le retour de son épouse et de ses enfants au domicile conjugal a rendu ses ailes au sprinter limbourgeois, lequel lorgne désormais ouvertement vers le Mondial de Madrid, qu'il ira préparer, comme beaucoup d'autres - dont Tom Boonen - sur les routes de la Vuelta.

Tom Steels devrait, lui aussi, disputer le Tour d'Espagne (départ le samedi 27 août). Mais si on emploie le conditionnel en évoquant le quadruple champion de Belgique, c'est tout simplement parce que, depuis quelques années et la répétition de ses problèmes de santé, il est devenu presque impossible de pronostiquer avec certitude à son propos.

Au point que le Waeslandien lui-même a perdu la confiance qui faisait, autrefois, une partie de sa force. Hier, tandis que les trois courageux du jour, son équipier Geert Steegmans, le Basque Gorka Gonzalez et le vice-champion olympique d'Athènes Sergio Paulinho, venaient d'être repris à cinq kilomètres du but, après 140 km de fugue et avoir compté plus de huit minutes d'avance, Tom Steels prétexta à nouveau une forme peu optimale pour refuser l'aide que ses équipiers se proposaient de lui offrir. Le Flandrien ouvrit la route à son partenaire néerlandais Aart Vierhouten, généralement dernière fusée porteuse de Robbie McEwen, quand, celui-ci ayant disparu de l'autre côté de la chaussée, il lança le sprint à 300 mètres de la ligne. Deux bons hectomètres plus loin, Steels était toujours en tête lorsque, face au vent, il sentit ses forces l'abandonner. Le Belge, débordé par Van Heeswijk, coupa alors son effort pour terminer 4e. Ce résultat qui, il n'y a pas si longtemps encore, aurait pris des allures de déroute pour le coureur de Davitamon-Lotto, doit au contraire, dans les conditions actuelles, lui servir de tremplin. Dès aujourd'hui à Hoogstraten, où un nouveau et dernier sprint massif est attendu? Après trois mois sans course (il avait abandonné au début du Giro, victime d'une importante infection urinaire), le Belge commence en effet à retrouver ses jambes au sixième jour du Tour du Benelux.

De la confiance en soi, Rik Verbrugghe en a manqué aussi ces dernières années mais l'épreuve dont il est toujours leader à la veille de l'arrivée lui aura au moins rendu cela en même temps que le Wallon recouvrait ses meilleures sensations.

© Les Sports 2005