ENVOYÉ SPÉCIAL AUX PAYS-BAS ERIC DE FALLEUR

VALKENBURG Il y avait eu Filippo Pozzato (24 ans) à Milan-Sanremo, Tom Boonen (25 ans) au Tour des Flandres et Fabian Cancellara (25 ans) à Paris-Roubaix. Sans ou- blier Thor Hushovd (28 ans) à Gand- Wevelgem et Philippe Gilbert (23 ans) au Volk. Dimanche, Frank Schleck s'est imposé méritoirement dans l'Amstel Gold Race, au lendemain de son 26 éme anniversaire.

Les jeunes ont pris le pouvoir! Sur le théâtre des classiques en tout cas. L'époque, pas si lointaine, où il fallait trente ans pour s'imposer dans une manche de Coupe du Monde, désormais du ProTour, semble bien révolue. Hasard? Signe de temps nouveaux? Génération exceptionnelle? Le futur, seul, nous le dira. Et l'avenir, ce sont les classiques ardennaises, la Flèche Wallonne demain, déjà, et Liège-Bastogne-Liège, dimanche.

Avant-hier, sur les hauteurs de Valkenburg, Frank Schleck a donc tout à la fois confirmé cette nouvelle tendance, offert une première grande victoire au Luxembourg depuis plus d'un demi-siècle et apporté un second succès consécutif dans une classique à la formation CSC qui fait donc jeu égal avec Quick Step, sur ce terrain-là.

Il n'y a sans doute que lui que la victoire du champion national grand-ducal aura vraiment surpris. Au contraire de son jeune frère Andy, que l'on dit plus talentueux encore mais qui a surtout un autre tempérament, plus sûr et plus ambitieux, le coureur de Mondorf-les- Bains est de ceux qui doutent toujours de leur talent.

En pleurs dans le peloton au Tour du Pays basque

«Jusqu'à deux cents mètres de la ligne, j'ai foncé sans penser à la victoire», disait-il après l'arrivée. «J'étais si souvent passé tout près que je doutais un peu. J'en avais gardé un peu sous la pédale pour arriver au pied du Cauberg car je savais que la dernière bosse serait difficile. Karsten Kroon et moi étions protégés mais, comme souvent, je ne me suis pas senti super pendant deux cents kilomètres.»

La présence du coureur de la CSC au départ tenait pourtant déjà, un peu, du miracle. Onze jours plus tôt, dans la 3 éme étape du Tour du Pays basque, Frank Schleck avait chuté dans une descente, entraînant avec lui Maxime Monfort, victime d'une fracture de la clavicule. Remis en selle, Schleck réintégra le peloton.

«Je ne sais plus ce qui est arrivé, expliqua-t-il. Je ne savais plus où j'étais ni qui étaient les coureurs autour de moi. J'essayais de déterminer dans quelle course je me trouvais en regardant le paysage et les dossards. Sastre (son équipier) est venu me demander ce qui se passait et en voyant dans quel état j'étais, il m'a fait arrêter et a prévenu Kim» (Andersen, directeur sportif de CSC).

Hospitalisé pour un traumatisme crânien, le Luxembourgois disputait pourtant le GP Primavera à Amorebieta, le dimanche suivant.

que le Luxembourgeois attendait ce premier grand succès. (PHOTO NEWS)

© Les Sports 2006