Après être tombé sans gravité lors de la 2e étape, Greg Van Avermaet avait des fourmis dans les jambes ce mardi. Après avoir demandé à ses équipiers de prendre la course en main dans les 30 derniers kilomètres, le champion olympique a tenté sa chance dans l’ultime ascension de la journée, la côte de Cheratte (0,7 km à 12,5 %), dont le sommet était placé à 9 kilomètres de l’arrivée.

Impressionnant dans l’ascension, le leader de l’équipe CCC a creusé un petit trou en compagnie de trois coureurs, Zdenek Stybar, Loïc Vliegen et Jhonatan Narvaez. "Je pensais vraiment que nous aurions pu aller au bout mais visiblement il y avait encore assez de monde dans le peloton et les équipes de sprinteurs ont pu s’organiser", râlait-il après l’arrivée, lui qui voulait tant remporter sa première victoire de la saison. "Avec un coureur de Lotto-Soudal ou un Groupama-FDJ avec nous, peut-être que les choses auraient pu être différentes, mais évidemment on ne choisit pas qui nous accompagne."

Malgré tout, Greg Van Avermaet est content de sa forme sur l’épreuve wallonne dont il espère toujours remporter le général ce mercredi lors de la dernière étape, la plus difficile, entre Blégny et Érezée. "Je suis content de mes jambes. J’ai pu faire le forcing, c’est pour moi le plus important. On verra ce que ça donne demain. Je pense que l’étape de demain sera assez dure."

Et avec sept côtes répertoriées dans le final, dont la côte de Beffe (1,5 km à 8,5 %) à escalader deux fois, Van Avermaet aura encore l’opportunité de démontrer ses bonnes jambes du moment.