ENVOYÉ SPÉCIAL À HAMBOURG

Depuis le succès de Tyler Hamilton, sur les hauteurs de Liège, voici plus de trois mois, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Pendant cette période, les principaux candidats à la victoire finale se sont répartis aux quatre coins du globe. Certains ont disputé le Giro, d'autres ont privilégié les courses d'un jour, l'entraînement personnel ou une épreuve comme le Tour de la Région Wallonne, tandis que la majorité des pensionnaires du top 20 s'était donné rendez-vous sur les routes du Tour...

Mais en consultant le classement actuel de la «CdM», force est de constater qu'une bonne partie des rivaux les plus dangereux pour Van Pet ne fera pas le déplacement en Allemagne. En l'absence des Pieri (3e), Hamilton (4e), Vinokourov (5e), Vandenbroucke (7e) et autres Ivanov (9e), seul Michael Boogerd (2e, à 60 points du Belge) est en mesure de détrôner l'actuel leader demain après-midi, et Paolo Bettini de le rejoindre, à condition qu'il s'impose tandis que Van Petegem ne marque aucun point...

L'occasion rêvée pour le Lotto-Domo de faire la différence en tête du classement? Le Flandrien se souviendra que l'an dernier, Johan Museeuw s'était imposé à Hambourg, dans les mêmes conditions, car il était aussi porteur du maillot arc-en-ciel. «Pour moi, Hambourg est la plus importante des trois prochaines épreuves de Coupe du monde», confie Van Petegem. «C'est celle où je peux prendre des points le plus facilement. Et si je peux en grappiller quelques-uns à San Sebastian et Zurich, c'est tant mieux.»

«Une course très ouverte»

Qui seront ses principaux rivaux? Il convient, pour répondre à cette question, de distinguer ceux qui peuvent venir le chatouiller à court terme au classement général, et ceux dont la forme actuelle pourrait leur offrir une entrée fracassante dans le haut du tableau. Parmi les plus dangereux, à ce stade de la compétition, il y a Michael Boogerd. Deuxième du général, le Néerlandais ne s'est pas encore imposé en Coupe du Monde cette année, mais a fait preuve d'une belle régularité. Par ailleurs, il sort d'un Tour de France relativement sobre. «Mais je pense que Boogerd visera, comme Hamilton et Vinokourov, davantage un résultat lors des prochaines manches...», commente l'actuel leader.

Vient ensuite Paolo Bettini, qui n'a plus marqué de points depuis sa victoire dans l'épreuve d'ouverture, mais très offensif sur les routes de l'Hexagone. Il y a de grandes chances de le voir passer à l'attaque, surtout que certains de ses équipiers sont en forme, à l'instar de Tom Boonen. Son nom revient régulièrement dans la bouche de Van Pet . «C'est celui de qui j'ai le plus à craindre, surtout que la Quick-Step marche très fort en ce moment!»

Au rayon des coureurs qui n'apparaissent pas, pour l'instant, dans le haut du classement de la CdM, on relèvera d'autres prétendants, tels Erik Zabel, Johan Museeuw, Michele Bartoli très en verve en Wallonie cette semaine, son équipier Alessandro Petacchi, ou encore l'armada de la Saeco...

«La particularité de Hambourg, c'est que son parcours - le plus facile - en fait une course très ouverte. Et je sais que Zabel et Ullrich seront très motivés. Et Bartoli a, en effet, prouvé au TRW qu'il est en grande forme. Dès lors, il me faudra rester vigilant!»

© Les Sports 2003