Cyclisme Pinot, Fuglsang, Uran et Porte ont été piégés par un coup de bordure.

Si les lois de la Grande Boucle ne sont pas écrites dans le marbre, certaines de ses vérités peuvent toutefois être érigées en commandements. Mardi, certains prétendants au podium final des Champs-Élysées ont ainsi pu vérifier que si le Tour ne se remporte pas lors de la première semaine, il peut en revanche s’y perdre.

Grand gagnant des neuf premières journées de course, lors desquelles il avait impressionné tant sur La Planche des Belles Filles que dans la côte de la Jaillière, qu’il avait utilisée comme un tremplin vers Saint-Étienne, Thibaut Pinot est passé en un peu plus d’une trentaine de kilomètres du statut de principal à celui de perdant. La faute à un coup de bordure initié conjointement, à un peu plus de 30 kilomètres de l’arrivée à Albi, par les Deceuninck-Quick Step du maillot jaune Alaphilippe et les Ineos de Thomas et Bernal.

Sur les plateaux découverts du Tarn, (...)