Le sprinteur italien Mario Cipollini (Acqua e Sapone) a remporté mardi sa deuxième victoire consécutive, dans la quatrième étape du Tour d’Espagne cycliste, courue sur 149,5 km entre Aguilas et Roquetas de Mar (sud), l’Espagnol Joseba Beloki (ONCE) conservant son maillot or de leader au classement général.

Cipollini a dominé en grand champion le sprint du peloton, marquant un chrono officieux de 3 heures 33 min 32 sec et franchissant la ligne d’arrivée avec une longueur d’avance sur son compatriote Alessandro Petacchi (Fassa Bortolo) et sur l’Autrichien Gerrit Glomser (Saeco).

«Les dix derniers kilomètres étaient dangereux mais mes coéquipiers ont fait un travail exceptionnel: j’étais dans de bonnes conditions pour gagner», a déclaré Cipollini après sa deuxième victoire consécutive, suivant celle de Murcie la veille.

«Super Mario» a confirmé son excellent état de forme avant les Championnats du Monde sur route de Zolder (Belgique), début octobre.

La présence de plusieurs rond-points dans les rues de Roquetas de Mar a rendu les derniers kilomètres du parcours très dangereux et une chute collective s’est d’ailleurs produite au passage de l’un d’entre eux, heureusement sans gravité, tous les coureurs terminant l’étape.

Une longue échappée en solitaire de l’Espagnol Dario Gadeo (Jazztel), parti seul au troisième kilomètre et rejoint par le peloton à 13 kilomètres de l’arrivée, après avoir compté jusqu’à 11 min 25 sec d’avance, a également marqué cette étape de transition, avant d’aborder deux journées de haute montagne dans la Sierra de Grenade.

Place à la montagne

Mercredi, la cinquième étape part de El Ejido (90 m au dessus du niveau de la mer) et conduit le peloton au sommet de Sierra Nevada (catégorie spéciale) à 2510 m d’altitude, au terme de 198 kilomètres, où les coureurs risquent d’accuser la fatigue, de souffrir du manque d’oxygène et de cette brusque transition.

«Nous venons de terminer la première partie du Tour d’Espagne et demain (mercredi) commence la vraie Vuelta pour le classement général», a déclaré le maillot or Joseba Beloki. «J’espère que je continuerai en tête, ce sera un bon signal», a ajouté le deuxième du Tour de France 2002.

«Nous verrons qui est en bonne forme physique et qui ne l’est pas», a ajouté le grimpeur espagnol Roberto Heras, l’un des favoris de cette 57e édition de la Vuelta.

Avant le départ de la cinquième étape, le peloton, et tout spécialement l’équipe US Postal, vont observer une minute de silence tandis que seront hissés les drapeaux espagnol, américain et européen avec des crêpes noirs, à la mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. (AFP)