Le Kazakh Alexandre Vinokourov a été suspendu jusqu'en juillet 2008 par sa fédération pour s'être dopé par transfusion sanguine homologue lors du Tour de France 2007, a indiqué jeudi à Nikolaï Proskourine, vice-président de la Fédération kazakhe de cyclisme.

"Les documents et preuves présentés par Vinokourov et ses avocats n'étaient pas convaincants, nous avons décidé de le disqualifier pour un an", a-t-il indiqué, précisant que la peine s'achevait en juillet 2008, un an après le contrôle positif que le cycliste kazakh a subi.

"Je considère que Vinokourov pourra, s'il le veut, participer aux jeux Olympiques de Pékin" (8-24 août 2008), a ajouté M. Proskourine. Alexandre Vinokourov a prévu de donner une conférence de presse vendredi à 05H00 GMT à Almaty, la capitale économique kazakhe. La commission de discipline de la Fédération kazakhe de cyclisme a décidé de punir le coureur également "pour que la fédération kazakhe ne soit pas suspendue de l'Union cycliste internationale" (UCI), a poursuivi le vice-président.

Vinokourov, 34 ans, l'un des favoris du Tour de France 2007 au départ de l'épreuve le 7 juillet, avait été contrôlé positif le samedi 21 juillet, après sa victoire dans le contre-la-montre d'Albi, 13e étape du Tour de France. Son équipe Astana avait alors immédiatement quitté le Tour.

Le coureur kazakh avait nié s'être dopé, mais ses dénégations n'avaient pas convaincu son équipe qui l'avait licencié le 30 juillet 2007 après que le résultat de l'échantillon B se fut lui aussi révélé positif.

La transfusion sanguine utilisée par Vinokourov est une méthode inscrite sur la liste des interdictions éditée par l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui a pour objectif d'améliorer la circulation de l'oxygène dans le sang en augmentant le volume des globules rouges. Il existe deux sortes de transfusions: homologues (avec le sang d'un donneur compatible ayant les mêmes groupes et rhésus) et autologue (avec son propre sang). Les transfusions hétérologues (avec le sang d'un donneur universel) ne sont pas utilisées dans des protocoles de dopage.

Les transfusions homologues sont décelables depuis 2004 par un test mis au point par le laboratoire de Lausanne (Suisse), qui identifie clairement les deux populations de globules rouges. Aucun test n'existe pour déceler la transfusion autologue.