La corruption dont souffre le football polonais a pris une dimension internationale, après le match gagné mercredi par l'équipe de Pologne contre la Belgique. Parlant devant plusieurs journalistes polonais après le match, le défenseur de la sélection nationale polonaise Jacek Bak a affirmé qu'il avait été la cible d'une tentative d'achat de ce match au profit de la Belgique. "J'ai eu un drôle de coup de fil avant la rencontre. On m'a proposé de vendre le match contre la Belgique", a lancé aux journalistes Jacek Bak, 33 ans, à l'issue de ce match de qualification pour l'Euro-2008 que la Pologne a remporté à Bruxelles 1 à 0.

Selon le récit de la presse polonaise jeudi, Bak s'était fait proposer 10 000 euros pour commettre une faute dans la zone de penalties de son équipe. L'ancien joueur de l'Olympique lyonnais et du RC Lens (Division 1 française), et aujourd'hui du vice-champion du Qatar Al-Rayyan Doha, où évolue Emile Mpenza, a refusé dans l'immédiat d'être plus précis dans ses accusations. Le capitaine de la sélection polonaise, Maciej Zurawski, a confirmé les informations de son coéquipier mais il a tenté de les minimiser. "En effet, Jacek m'en a parlé mais nous n'en avons pas discuté longtemps. N'en faisons pas une affaire", a-t-il dit à la presse après le match.

"Jacek doit être conscient qu'en évoquant l'affaire en public, il devrait la signaler à l'UEFA", a commenté le président de la Fédération polonaise Michal Listkiewicz. Selon l'ancien gardien de l'équipe nationale polonaise Jan Tomaszewski, s'exprimant à la radio publique polonaise, "il pourrait s'agir du plus grand scandale dans le football européen depuis plusieurs années." "Si cette tentative de corruption a effectivement eu lieu, et que Jacek Bak dispose de preuves, il sera considéré comme un héros. Mais je ne voudrais pas être dans sa peau si ce n'était qu'une blague."

Rassembler les preuves

Hier, l'Union Belge a indiqué, dans un communiqué, qu'elle avait pris acte jeudi matin des déclarations dans la presse de Jacek Bak et qu'elle allait saisir l'UEFA, qui est compétente en la matière, pour demander une enquête approfondie sur cette affaire. Le porte-parole de l'UEFA a indiqué, pour sa part, attendre "de voir les preuves". Des preuves que la fédération polonaise tente de réunir afin d'éventuellement entreprendre des actions juridiques.

© La Libre Belgique 2006