Près de... 10.000 personnes ont suivi mercredi le 3e entraînement des Diables Rouges en fin d'après-midi à la Cristal Arena de Genk. "Cela peut paraître incroyable mais finalement je m'y attendais", a commenté Kevin De Bruyne, le régional de l'étape. "Cette euphorie dans tout le pays peut paraître exagérée, mais on ne va quand même pas s'en plaindre. J'ai bien connu une période pas tellement lointaine où l'équipe nationale n'intéressait personne et à présent les sponsors se bousculent autour de nous. Nos obligations à leur égard se sont du coup multipliées, mais cela fait partie de notre travail. Certains craignent qu'on attrape la grosse tête à cause de ce matraquage, mais rassurez-vous, on a les pieds bien sur terre et ils le resteront. On ne fait pas de pronostic, l'objectif étant simplement de jouer le mieux possible en espérant que cela nous portera loin au Mondial brésilien (du 12 juin au 13 juillet, ndlr)..." Si apparemment le courant n'est pas trop bien passé entre José Mourinho et Kevin De Bruyne à Chelsea, l'entraîneur portugais considérait quand même à l'époque l'ancien joueur de Genk et de Brême comme le principal artisan de la qualification belge avec ses quatre buts et autant d'assists en 727 minutes, dont un goal et une passe décisive en Serbie (0-3).

Marc Wilmots considère également De Bruyne comme incontournable et ne s'en cache pas. "Cette confiance fait évidemment plaisir", avoue l'intéressé, "mais ne garantit pas pour autant ma place dans l'équipe. Vous pensez bien que si je joue mal, je me retrouverai logiquement sur la touche. Mes prestations avec Wolfsburg en Bundesliga se sont cependant améliorées de match en match et je me sens donc vraiment bien à tous points de vue avant cette Coupe du monde. On me dit parfois que tous les matchs où je ne suis pas entré en jeu avec Chelsea me valent aujourd'hui d'être le plus frais et donc en pleine forme. C'est possible, mais je n'en sais franchement rien...", avoue encore Kevin De Bruyne.

"De toute façon je ne pense plus à Chelsea", poursuit-il. "Je suis très satisfait de ma campagne avec Wolfsburg et je ne ressens aucune fatigue après la semaine de vacances dont j'ai bénéficié. Il n'est pas encore question de stress à ce stade de la préparation qui ne fait que commencer. Le match de lundi contre le Luxembourg (20h45, ndlr), c'est un peu comme en club lors de l'avant-saison. Je suppose que tout le monde ou presque va jouer. La sélection d'Adnan Januzaj ne m'a nullement surpris. J'avoue que je ne suis pas le championnat de France, mais j'ai bien connu Divock Origi (Lille) quand il jouait en équipes de jeunes à Genk. Il habitait près de chez moi et on tapait souvent la balle en rue ensemble. Son style de jeu n'a pas tellement changé depuis. C'est vrai que j'étais particulièrement complémentaire avec Christian (Benteke, ndlr), mais je trouve aussi facilement Romelu (Lukaku)".

Le rouquin limbourgeois et ses équipiers sont rentrés chez eux mercredi soir, et bénéficient d'une journée libre ce jeudi. Ils sont attendus à l'hôtel à 22 heures, et seront désormais vingt-deux. Le congé des "Russes" Nicolas Lombaerts et Axel Witsel, du Napolitain Dries Mertens, de Laurent Ciman et d'Anthony Vanden Borre est en effet terminé. Reprise des entraînements vendredi matin (11 heures à Genk).

Daniel Van Buyten n'a pas participé à tout l'entraînement de mercredi mais uniquement par souci de le ménager un peu.