Encore tout à prouver pour Bulykin

Anderlecht a enfin remporté un match à domicile. Après le 1-2 contre BATE et le 2-2 contre Gand, Courtrai est rentré chez lui avec un 4-0. Le Russe Bulykin a pris la moitié des buts à son compte, mais de là à en conclure qu'il est un centre-avant de rêve? On n'est pas (encore) convaincu.Toute l'info sur le championnat

Yves Taildeman
Encore tout à prouver pour Bulykin
©BELGA

Anderlecht a enfin remporté un match à domicile. Après le 1-2 contre BATE et le 2-2 contre Gand, Courtrai est rentré chez lui avec un 4-0. Le Russe Bulykin a pris la moitié des buts à son compte, mais de là à en conclure qu'il est un centre-avant de rêve ? On n'est pas (encore) convaincu.

"S'il marque 26 buts, je confirmerai que c'est un tout bon, soufflait Ariël Jacobs. Je me rappelle les commentaires après un certain Brussels - Anderlecht. La presse avait aussi fait l'éloge de notre nouvel attaquant."

Jacobs faisait allusion à Luigi Pieroni qui, par après, n'avait plus convaincu son employeur.

Jusqu'au 1-0 de Bulykin, on se demandait comment Anderlecht avait pu être charmé pendant plus d'un an par un attaquant comme lui. Son manque de mobilité et de vitesse était flagrant, et même dans les duels, il devait s'incliner face à Demets. Mais son coup de tête victorieux - parfaitement croisé, d'un angle difficile - valait la peine d'être vu.

"Tout comme sur mon second but, j'ai eu de la chance, précisait Bulykin. Mes deux coups de tête ont été déviés par le défenseur. Je tiens à remercier Jelle pour ses excellents centres."

Guillaume Gillet, lui, avait servi encore plus royalement le Russe, mais ce dernier avait réussi à frapper sur le seul défenseur posté sur la ligne. "J'étais un peu nerveux et j'ai oublié de lever la tête , expliquait Dmitry. D'accord, je viens de la Bundesliga. Mais j'étais attendu au tournant, ce soir. Je vous promets que la prochaine fois, je ne raterai plus."

Pendant le reste du match, il s'est montré un vrai pivot, surtout en déviant des ballons de son imposante poitrine. "J'aime faire jouer les autres. Mais vous n'avez pas encore vu le vrai Bulykin. J'ai envie de réussir. Le club m'a merveilleusement accueilli. Merci aux fans d'avoir scandé mon nom !"

Que ce soit Van Damme, Legear ou Gillet : ils déclaraient tous que Bulykin était l'attaquant dont Anderlecht avait besoin. "Quelqu'un qui sait garder le ballon et qui est fort dans les 16 mètres." Espérons pour Anderlecht qu'ils aient raison...