Patrice Evra: "Je détaillerai ce que j’ai vécu, chaque minute"

“L’équipe de France est un champ de ruines, physique, technique et moral; la défaite de ce soir était la chronique d’un désastre annoncé (...). Maintenant, il faut tout reconstruire." a déclaré Roselyne Bachelot, ministre française des Sports.

Patrice Evra: "Je détaillerai ce que j’ai vécu, chaque minute"
©AP

“L’équipe de France est un champ de ruines, physique, technique et moral; la défaite de ce soir (2-1 contre l’Afrique du Sud) était la chronique d’un désastre annoncé (...). Maintenant, il faut tout reconstruire. Il faut que tous les acteurs de ce désastre, les joueurs, les responsables de la Fédération, prennent leurs responsabilités. Les acteurs de ce désastre devront rendre des comptes.”

Roselyne Bachelot, ministre française des Sports

“(Domenech m’a dit) “je ne veux pas vous parler, car vous avez eu des mots durs pour mon équipe nationale.” Je ne me souviens pas d’avoir dit quelque chose de ce genre.” Carlos Alberto Parreira, coach des Bafana Bafana

“Ce qui me consterne le plus, c’est le psychodrame de ce week-end, où 50 ans de valeurs se sont écroulée, j’ai pensé à ce moment-là, devant cette honte, ce que le football avait provoqué, c’est grave, pour la France, les éducateurs, les bénévoles, les partenaires, les supporters, qui nous font confiance, c’est encore plus grave que les mauvais résultats sportifs.”

Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération française de football

“Peut-être que le comportement n’a pas été exemplaire. Il y a beaucoup de choses à revoir, à analyser. Je tiens à m’excuser au nom de tous les joueurs. Je suis désolé pour le parcours catastrophique. La qualification, on ne la perd pas ce soir, on la perd avant. On n’est pas fiers de ce qu’on a fait. Je ne sais pas comment on va se faire pardonner.”

Florent Malouda, médian bleu

“On n’est pas à l’heure des règlements de comptes, on est à l’heure du pardon et de ressentir toute la souffrance qu’ont tous ces milliers de Français. Le pardon s’adresse directement à eux. Je devais venir le faire depuis hier, mon coach me l’a interdit, je ne rentrerai pas dans les détails. Je ferai une conférence dans la semaine, je respecte trop la souffrance ce soir des Français pour lâcher quoi que ce soit. La France entière aura besoin d’avoir des explications à ce désastre, ce n’est pas le moment de les donner. Je les donnerai personnellement (...) parce que je n’ai rien à cacher et que l’équipe de France n’appartient à personne. On m’a sorti de l’équipe sans raison valable. Je détaillerai ce que j’ai vécu, chaque minute, croyez-moi, je dirai la vérité.”

Patrice Evra, défenseur bleu

Sur le même sujet