Où s’arrêtera Romelu Lukaku ?

Quatre cent septante-sept minutes, cela peut-être long. Très long surtout pour Romelu Lukaku cette saison.

Jonathan Lange
Où s’arrêtera Romelu Lukaku ?
©Reporters

Quatre cent setpante-sept minutes, cela peut-être long. Très long surtout pour Romelu Lukaku cette saison.

A Southampton samedi, l’attaquant a mis fin à 477 minutes de mutisme de manière impressionnante.

Auteur de la remise de la tête qui a permis à Fortuné d’ouvrir le score (6e), il a ensuite débloqué son compteur but figé sur le 13 depuis le 9 mars et la victoire sur Swansea en contournant tranquillement le gardien de Southampton pour marquer dans la cage vide (67e), le tout avant de signer une nouvelle passe décisive pour Long (77e) et de céder sa place après l’une de ses prestations les plus accomplies de la saison.

Avec désormais 14 buts et 7 passes décisives, il a donné sur le terrain un prolongement aux paroles qu’il avait prononcées en milieu de semaine. "Je ne veux pas passer pour un joueur égoïste qui ne fait pas de passe devant le but. En ce moment, j’ai juste besoin d’un peu plus de réussite" , implorait l’attaquant qui assurait "ne pas douter" .

Et ce fut flagrant à Southampton. "Il nous a causé beaucoup de problèmes , constatait l’entraîneur des Saints Mauricio Pochettino, lui même ancien défenseur. Dès le début, nous n’avons pas su comment le tenir."

Billy Jones, coéquipier de Lukaku, ne pouvait que comprendre le désarroi du technicien, lui qui avait chanté les louanges du Diable cette semaine.

"Il donne toujours l’impression qu’il va marquer, c’est une menace permanente et il est pénible pour n’importe quel défenseur du championnat , expliquait celui qui ne voit aucune limite à son partenaire. Rom est encore jeune, le potentiel est là et il ne va faire que progresser car il a tout : la taille, le jeu dos au but, la vitesse et il est capable d’éliminer son adversaire direct. Et c’est aussi un bon finisseur, que ce soit de la tête ou du pied. Et le plus important pour un jeune joueur, c’est qu’il a cette volonté permanente de vouloir apprendre. Ce n’est pas le gars qui rentre directement chez lui après l’entraînement."

"Cette saison, il a été impressionnant, rappelait sur le plateau de "Match of the Day" Alan Shearer. S’ils peuvent le conserver en prêt, il sera à nouveau très utile. Chelsea aura un choix important à faire."

"Je suis sur à 99 % qu’il fera la préparation avec Chelsea et après, une décision sera prise, rappelle Steve Clarke, le manager de WBA, qui ne se fait guère d’illusions. A moins que Chelsea vienne nous voir à la fin de la saison pour nous dire qu’on peut le garder. Mais j’en doute vraiment."

En attendant, Lukaku n’a plus que 4 matches à disputer avec WBA dont 2 contre les Manchester pour franchir un nouveau cap : marquer contre une équipe du top, ce qu’il n’a jamais fait encore.