Pourquoi les Diables doivent éviter le groupe G

Le tirage au sort d'une Coupe du Monde ne détermine pas seulement les adversaires potentiels, mais aussi les stades où se dérouleront les matches. Un paramètre incontournable l'été prochain au Brésil, vu le climat annoncé comme insupportable.

G.Ga.
Pourquoi les Diables doivent éviter le groupe G
©BELGA

Quand on pense tirage au sort, on parle évidemment des équipes à éviter. En Belgique, à tous les coins de rue, tout le monde craint ce Chili qui fait même frémir Marc Wilmots, et les sondages réalisés un peu partout sur la toile pointent l'Iran ou le Honduras comme les tirages les plus favorables. Pourtant, le groupe dans lequel tomberont les Diables aura aussi toute son importance, et pas seulement par les noms qui seront accolés à ceux de la Belgique.

Suiveurs et sélectionneurs sont unanimes: en Amérique du Sud, le climat est insupportable. "Même quand il fait chaud, il pleut", explique ainsi Gérard Houllier, ancien sélectionneur de l’équipe de France. Des conditions inhabituelles qui altèrent le physique des Européens là où les Sud-Américains sont comme des poissons dans l'eau. D'ailleurs, en sept Mondiaux organisés de l'autre côté de l'Atlantique, jamais une nation européenne n'est revenue avec le trophée. Un peu trop pour être une coïncidence.

L'humidité, tous les Européens en souffriront, et rares sont les villes où elle n'avoisinera pas les 80%. À côté de ce paramètre incontournable, il y a une autre réalité à prendre en compte: avec ses huit millions de kilomètres carrés, le Brésil contraindra ses trente-et-un hôtes à de longs déplacements, et aux inévitables écarts de température qui en découlent. L'autre enjeu du tirage au sort sera donc géographique. Et il sera au moins aussi important que les noms qui sortiront des boules remuées par les Cafu, Zidane et autres légendes de la planète foot...

Pour déterminer quel tirage serait le plus avantageux pour les Diables, LaLibre.be a donc calculé les distances que les Diables devront parcourir entre leur camp de base, à Mogi das Cruzes (photo ci-dessus), et les trois stades où ils se produiront lors de la phase de poules. En voici les résultats*:

Groupe B : Environ 5.300 kilomètres

Groupe C : Environ 5.000 kilomètres

Groupe D : Environ 5.000 kilomètres

Groupe E : Environ 9.000 kilomètres

Groupe F : Environ 3.200 kilomètres

Groupe G : Environ 12.000 kilomètres

Groupe H : Environ 2.000 kilomètres


À côté de ces longs déplacements, il faut aussi prendre en compte les va-et-vient du mercure. Sur le camp de base des Diables, la température moyenne au mois de juin avoisine les seize degrés. Additionner les écarts de température subis lors de chaque déplacement permet donc également d'évaluer le confort "proposé" par les différents groupes dans lesquels les Diables rouges pourraient se retrouver.

Groupe B : Écart de 23 degrés

Groupe C : Écart de 17 degrés

Groupe D : Écart de 25 degrés

Groupe E : Écart de 33 degrés

Groupe F : Écart de 13 degrés

Groupe G : Écart de 41 degrés

Groupe H : Écart de 17 degrés


Deux séries de chiffres pour une conclusion incontestable: le groupe G est à éviter à tout prix. Tomber dans ce groupe, ce serait un peu comme recevoir le Japon, le Chili et l'Italie lors du tirage au sort. Bref, une catastrophe... De longs déplacements vers le nord-est du Brésil, où les températures flirtent avec les 25 degrés au mois de juin et où l'humidité est 10% plus importante que dans les environs de Sao Paulo, où seront basés les hommes de Marc Wilmots.


Et le meilleur tirage?

À l'inverse, les groupes F et H seraient les tirages idéaux au niveau du confort. Entre les deux, chacun aura sa préférence, selon que vous accordiez plus d'importance aux courts déplacements ou à la régularité des températures. Les deux groupes nous proposeraient des rencontres dans le mythique Maracana (photo), à Rio, et à l'Estadio Minerao de Belo Horizonte, où la Seleçao aime se retrouver dans les rencontres tendues où le soutien de son public est plus important que jamais.

La dernière rencontre du groupe F nous enverrait au Beira-Rio, antre du mythique Internacional Porto Alegre, alors que l'ultime match du groupe H aura pour cadre l'Arena de Sao Paulo, toujours en construction et frappée par un dramatique accident la semaine dernière, suite à la chute d'une grue sur les gradins.

Bref, difficile de départager ces deux groupes pour décerner le trophée de "meilleur tirage géographique". Ce seront peut-être les nombreux téléspectateurs diaboliques qui devront trancher: le groupe F proposera deux rencontres à 18 heures et une à minuit, tandis que les matches du groupe H se dérouleront dans l'ordre à 18 heures, minuit et 22 heures.


* Les Diables ne peuvent pas tomber dans le Groupe A, déjà dévolu au Brésil, pays organisateur.