Platini lâché par la Fifa et même... par l'UEFA!

Un des deux appels de Michel Platini déposés auprès de la Fifa a été rejeté. Le Français contestait sa suspension de 90 jours dans l'affaire du paiement controversé de 1,8 M EUR. Mais l'UEFA semble également prendre ses distances avec son actuel président...

Platini lâché par la Fifa et même... par l'UEFA!
©AFP
AFP

Un des deux appels de Michel Platini déposés auprès de la Fifa a été rejeté, ont indiqué lundi les conseils du président de l'UEFA, qui conteste sa suspension de 90 jours dans l'affaire du paiement controversé de 1,8 M EUR.

"Cette décision n'est pas celle de la commission des recours (de la Fifa, devant laquelle un appel sur le fond a été déposé), qui demeure attendue sans qu'aucun calendrier n'ait été communiqué à M. Platini", expliquent ses conseils dans un communiqué. Ces derniers se disent "convaincus que les recours intentés finiront par démontrer sa totale intégrité et le rétabliront dans tous ses droits".

Michel Platini contestait sa suspension pour ne pas avoir été entendu. Cet appel en référé sur la forme avait été interjeté auprès de la chambre jugement de la commission d'éthique de la Fifa. "Rendue le 20 octobre dernier - mais étonnamment notifiée à Michel Platini le vendredi 23 octobre 2015 à 17h15 - cette décision (...) n'est aucunement surprenante puisque rendue par la même chambre de la commission d'éthique, sans que Michel Platini n'ait pu bénéficier d'une audience en bonne et due forme", commentent les avocats de Platini. Le Français de 60 ans avait été entendu par la chambre d'enquête de la commission d'éthique, mais pas par la chambre de jugement de la Fifa.

Michel Platini a déposé dimanche un nouvel appel devant un autre organe de la Fifa .

Si l'appel deposé le 10 octobre devant la chambre de recours, sur le fond donc, est rejeté, les avocats de Platini pourront se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne.

Platini avait déposé sa candidature pour la présidentielle Fifa avant l'annonce de sa suspension à titre conservatoire le 8 octobre. La commission électorale de la Fifa a décidé de geler sa candidature le temps de sa suspension, qui expirera le 5 janvier. L'élection à la présidence de la Fifa est programmée le 26 février à Zurich. Au centre de l'affaire, il y a le versement en février 2011 de 1,8 M EUR par Sepp Blatter, président démissionnaire de la Fifa, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Ce paiement intéresse aussi la justice suisse qui a entendu Platini en qualité de témoin assisté et Blatter comme prévenu.


Platini aussi lâché par l'UEFA

La candidature de Michel Platini a reçu un autre coup sans doute fatal lundi avec l'annonce de l'entrée en lice de son bras droit à l'UEFA Gianni Infantino, signe que le camp européen a lâché son président.

A quelques heures de la date-butoir pour le dépôt des dossiers à la Fédération internationale, lundi à minuit, huit candidats sont en lice pour succéder au président démissionnaire Joseph Blatter: le Suisse Infantino, le cheikh bahreini Salman -qui semblent désormais les deux favoris-, Platini (toujours suspendu par la Fifa), le Sud-Africain Tokyo Sexwale, le prince jordanien Ali, le Français Jérôme Champagne, le Libérien Musa Bility et le Trinitéen David Nakhid.

Avec l'annonce suprise de la candidature d'Infantino, l'Europe a fini par sortir son plan B pour l'élection du 26 février. Et c'est une mauvaise nouvelle pour Platini, le patron de l'instance européenne.

En actionnant une candidature alternative à celle du Français, l'UEFA a clairement signifié le peu de crédit qu'elle accorde désormais aux chances de l'ex-capitaine de l'équipe de France de mener la bataille jusqu'au bout.

Platini pensait avoir un boulevard pour accéder à la fonction suprême mais sa mise à l'écart à titre conservatoire par la commission d'éthique de la Fifa en raison d'un versement controversé de 1,8 millions d'euros de la part de Joseph Blatter en 2011, a rebattu toutes les cartes.

Preuve de l'isolement de Platini, le communiqué de soutien du Comité exécutif de l'UEFA (le gouvernement du foot européen) à son secrétaire général Gianni Infantino ne mentionne même pas le nom du Français.

"Nous sommes ravis que Gianni se présente", a précisé la Confédération européenne.

Le 15 octobre, l'UEFA avait pourtant appuyé Platini, son président dans la tourmente. Mais cette unanimité de façade avait vite commencé à se lézarder: la Fédération anglaise avait retiré dès le lendemain son appui au Français.


Sur le même sujet