"Il est temps pour Hazard de comprendre qu'il joue pour le Real Madrid": voici pourquoi la presse espagnole est (encore) trop dure avec le Diable

Le nul blanc concédé par le Real Madrid à Osasuna s'explique en grande partie par la méforme d'Eden Hazard, si l'on en croit la presse espagnole.

"Il est temps pour Hazard de comprendre qu'il joue pour le Real Madrid": voici pourquoi la presse espagnole est (encore) trop dure avec le Diable
©AFP
Ce samedi soir, nous avons regardé avec attention le match d'Eden Hazard à Osasuna. Le Brainois était titulaire pour la première fois depuis le mois de novembre et sa prestation nous a agréablement surpris. Certes, ce n'est pas encore le Eden Hazard des meilleurs jours à Chelsea, ni celui du Mondial 2018, mais le Brainois est clairement sur le chemin d'un retour en forme. A condition bien sûr que son corps lui offre du répit, afin qu'il puisse enchaîner les matches et retrouver le rythme.

L'autre surprise du soir, plus mauvaise celle-ci, concernait les retours de la presse espagnole suite à cette prestation. Pourtant, nous aurions dû nous y attendre au vu de l'acharnement dont Courtois et Hazard ont été victimes ces derniers mois. Le chroniqueur d'AS a notamment lâché en direct à la radio: "Il est temps pour Hazard de se rendre compte qu'il joue pour le Real Madrid. Il devrait jouer au football comme une star, ne serait-ce que sur la base de son salaire." Les journalistes de Marca, eux, s'interrogeaient: "Aurons-nous un jour l'occasion de revoir Hazard ? Il ne prend pas soin de lui en vacances, il se blesse, manque de rythme, le terrain n'est pas bon... on lui trouve toujours une excuse au fait qu'il n'est pas au niveau qu'il affichait à Chelsea."

Le capitaine de notre équipe nationale est même accusé par AS de "prendre des minutes de jeu à des joueurs plus en forme et plus méritants." Des critiques trop dures, pour plusieurs raisons.


Un contexte vraiment défavorable

On peut comprendre la lassitude de nos confrères espagnols face aux excuses trouvées en faveur d'Eden Hazard mais les faits sont là: entre un énième retour de blessure, un manque de rythme certain et un terrain à la limite du praticable (le stade El Sadar a lui aussi été frappé par les conditions hivernales qui touchent actuellement une partie de l'Espagne), rien ne laissait présager un retour en grandes pompes du Belge, avec un doublé et un assist à la clé. Le nul blanc concédé par le Real sur la pelouse d'un relégable a forcément poussé la presse espagnole à désigner des coupables mais elle se trompe, comme elle se trompait la plupart du temps en pointant du doigt Thibaut Courtois en début de saison dernière.


Une prestation aboutie (chiffres à l'appui)

Malgré ces conditions difficiles, on peut même écrire qu'Eden...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité