Comment Thibaut Courtois a fait transiter ses droits à l'image vers Malte

A travers des constructions fiscales, l'agent de Thibaut Courtois, Christophe Henrotay, et son papa Thierry ont fait transiter ses revenus liés au droit à l'image vers Malte.

Comment Thibaut Courtois a fait transiter ses droits à l'image vers Malte
©AFP
Parcinski Julien

Après les révélations sur les commissions occultes des transferts de Tielemans, Mbemba et Mitrovic et l'omniprésence de Mogi Bayat à Anderlecht, le consortium de médias européens dont font partie nos confrères du Soir, poursuit ses révélations sur des documents issus des Football Leaks.

Ce jeudi, on apprend que Thibaut Courtois a organisé des constructions fiscales sur ses droits à l'image via Christophe Henrotay, son agent, et son papa Thierry. Pour la saison 2017/2018, Chelsea et l'équipementier du Diable, Nike, devait verser une somme de 1,1 million d'euros. Dans un mail envoyé en août 2018 par Henrotay, l'agent demande au manager de Chelsea, Robert Hamblin, de ne plus payer les droits d'image à la société luxembourgeoise appartenant au gardien.

A l'époque, un joueur qui évoluait en Angleterre avait le droit de posséder deux entreprises pour toucher ses droits à l'image. Une société anglaise pour percevoir 20% de la somme et une autre étrangère qui pouvait recevoir 80% des droits. Le Luxembourg était la destination rêvée car un accord fiscal avait été conclu entre les clubs de Premier League et le Luxembourg qui permettaient d'exonérer d'impôts l'argent expédié au Grand Duché.

Cela n'a pas suffi à l'actuel dernier rempart du Real qui a a élaboré une construction fiscale vers Malte avec son agent. Les 80% n'étaient plus dirigés vers le Luxembourg mais reconditionnés en obligations en livres sterling émises par une société maltaise de manière à encore baisser le taux d'imposition sur la totalité des revenus.

A l'été 2017, une circulaire des autorités fiscales britanniques durcit les règles et conduit les Courtois à démanteler leur société, confiant les droits à l'image du joueur à une société anglaise.

Sur le même sujet