Tout comme Carcela, le Standard n’est pas mort

Les Liégeois ont renversé Gand au caractère grâce à une montée au jeu décisive de Mehdi Carcela, auteur d’un splendide assist sur le but victorieux de Michel-Ange Balikwisha.

Tout comme Carcela, le Standard n’est pas mort
©Belga
Il y a des victoires qui ont une saveur particulière. Celle du Standard face à Gand, ce dimanche, en fait partie. Parce que durant plus d’une heure, les éléments ont semblé se liguer contre les Rouches,. Entre le poteau trouvé par Maxime Lestienne en début de rencontre (suite à un bel arrêt de Sinan Bolat) et les deux penalties sifflés par Nicolas Laforge en fin de première période, les Liégeois ont longtemps cru que la spirale négative dans laquelle ils étaient coincés (4 sur 24 en Pro League) allait se prolonger et enterrer définitivement leurs espoirs de PO2.

Mais le Standard l’a déjà prouvé : c’est quand on le pense au fond du trou qu’il est le plus redoutable. En arrêtant le penalty de Roman Yaremchuk (concédé suite à une grossière erreur de Moussa Sissako), Arnaud Bodart a sonné la révolte. Et même si Alessio Castro-Montes a finalement converti, en deux temps, le deuxième penalty repoussé par le gardien liégeois, ce contre-temps n’a pas arrêté le Standard. Qui a continué à pousser. Qui s’est créé des occasions. Qui aurait pu (dû?) recevoir lui aussi un voire...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet