Voici l'unique (mais probable) scénario qui opposerait les Diables au 3e du groupe de la mort en huitième de finale

La Belgique disputera son prochain match à Séville, dimanche à 21h. Ce pourrait être contre la France.

placeholder
© Belga
N. Ch.

Les groupes A, B et C de l'Euro ont disputé l'ensemble de leurs six matches respectifs. On connaît donc trois des six "troisièmes" de groupe et il est de plus en plus "aisé", au fil des matches, de se projeter sur notre adversaire du prochain tour.

Comme nous vous l'expliquions ce lundi soir, plusieurs scénarios ont déjà été écartés et il n'en reste qu'un (sur sept encore possibles) qui opposerait la Belgique au troisième du groupe F, qui sera plus que probablement la France, l'Allemagne ou le Portugal.

Pour que les Diables jouent contre un membre du groupe de la mort en huitième de finale, il faut que les "troisièmes" repêchés soient ceux des groupes A, C, D et F.

Dans le groupe A, la Suisse est déjà assurée de sa qualification. L'Ukraine (groupe C) est actuellement devant la Finlande et doit donc espérer qu'un autre troisième de groupe fasse moins bien qu'elle pour se qualifier. Ce qui semble possible au vu des classements et du calendrier des différents groupes. Reste à savoir si les troisièmes des groupes D et F devanceront celui du groupe E, ce qui conduirait les Diables vers le scénario redouté.


Un nul à Croatie-Ecosse "sauverait" les Diables dès ce soir

Concernant le groupe D, on sera fixé dès ce mardi soir puisque la donne est simple. S'il y a un vainqueur entre la Croatie et l'Ecosse, le troisième du groupe D sera qualifié avec quatre points (passant devant l'Ukraine et ses trois points). En cas de match nul, la Croatie ET l'Ecosse seront alors éliminées. Et on pourra définitivement acter que les Diables ne joueront pas contre un membre du groupe F en huitième de finale.

Les supporters des Diables devront donc espérer un match nul entre la Croatie et l'Ecosse, sans quoi il ne restera que quatre scénarios possibles sur papier, dont deux pratiquement irréalisables puisqu'il serait étonnant que le troisième du groupe F passe à la trappe. En effet, dans ce groupe trois équipes totalisent déjà au moins trois points et ont toutes une différence de but positive. Il faudrait donc que le Portugal s'incline par trois buts d'écart contre la France pour reculer derrière l'Ukraine au classement des meilleurs troisièmes.


Un groupe E à suivre de près

S'il y a un vainqueur entre la Croatie et l'Ecosse, il faudra donc espérer que le troisième du groupe E soit repêché à la place de l'Ukraine pour que les Diables évitent le troisième du groupe F. Malheureusement, le groupe E n'a pas distribué beaucoup de points depuis le début du tournoi puisque l'Espagne a concédé deux matches nuls.

De manière très concrète, il faudrait que la Pologne gagne face à la Suède ou que la Slovaquie et l'Espagne se quittent sur un match nul. Si aucun de ces deux résultats ne se réalise, seul un miracle pourra sauver le troisième de ce groupe E: en cas de victoire de l'Espagne par un but d'écart, à condition que la Slovaquie marque au moins à trois reprises (3-4, 4-5, 5-6, etc.). Dans ce cas de figure, la Slovaquie prendrait la troisième place du groupe avec trois points et -1 de goal average, comme l'Ukraine. Mais avec un plus grand nombre de buts marqués que la bande à Shevchenko.


Le groupe F n'est pas le seul problème

Notons toutefois que si la Belgique évite un adversaire du groupe F (qui pourrait être la France si les Bleus s'inclinent contre le Portugal pendant que l'Allemagne s'impose contre la Hongrie), d'autres pièges sont à éviter. Si la Slovaquie et l'Espagne font match nul pendant que la Suède prend au moins un point contre la Pologne, l'Espagne sera alors troisième de son groupe et quasi assurée de rencontrer les Diables... devant son public, dimanche. Ce qui n'est franchement pas un cadeau pour Roberto Martinez et ses hommes.

placeholder
© D.R.