Polémique à l'Euro sur les droits des LGBT : le président de l'UEFA dénonce des initiatives "populistes"

Le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, a dénoncé mercredi des initiatives "populistes" pour justifier le refus de son organisation d'autoriser la ville de Munich à illuminer son stade aux couleurs de l'arc-en-ciel en signe de protestation contre une loi hongroise jugée homophobe.

"Nous ne voulons pas être utilisés dans des actions populistes", a-t-il affirmé au quotidien allemand Die Welt avant une rencontre de l'Euro entre l'Allemagne et la Hongrie dans la capitale bavaroise. "En raison de la popularité du football, les gens essaient trop souvent d'utiliser des associations sportives à leurs propres fins", a-t-il fustigé.

Selon M. Ceferin, éclairer l'Allianz Arena aux couleurs de l'arc-en-ciel est une question politique, car il s'agit de protester contre la décision du gouvernement d'un autre pays. "L'UEFA ne peut pas être un instrument pour chaque politique qui nous appelle et nous demande de faire ceci ou cela contre un autre politique. Désolé, mais ce n'est pas possible. Cela n'est pas non plus conforme à nos statuts." M. Ceferin a ajouté que l'UEFA présenterait une campagne dans les prochains jours.

Il y a déjà eu de nombreuses protestations contre la décision de l'UEFA. Plusieurs autres stades allemands, dont ceux de Berlin, Francfort, Cologne, Augsbourg et Wolfsburg, ont notamment décidé d'afficher les couleurs de l'arc-en-ciel mercredi. En Belgique aussi, plusieurs stades - parmi lesquels ceux de Charleroi et Mouscron notamment - ont décidé de brandir les drapeaux arc-en-ciel. Plusieurs personnalités ont aussi manifesté leur soutien.

La semaine dernière, le Parlement hongrois a adopté une loi interdisant la promotion de l'homosexualité et le changement de sexe chez les jeunes en dessous de 18 ans. La ville de Munich voulait illuminer l'extérieur du stade pour protester contre cette loi controversée.

Sur le même sujet