"Ciao Ciao Mbappé", "Arrogance", "Tombés de leur nuage": la presse internationale tacle la France après son élimination

Aux quatre coins de l'Europe, la presse ne s'attendait pas à voir sortir les Bleus.

La Rédaction

La défaite de l'Équipe de France a surpris aux quatre coins de l'Europe. Les Bleus étaient les grands favoris de cet Euro mais ont manqué leur tournoi comme le pointe la presse internationale.

"Les Bleus ramenés à la maison !", c'est par ce petit remix du titre bien célèbre de Vegedream, popularisé lors du sacre français lors de la Coupe du monde 2018, que la DH a évoqué l'échec des Bleus lors de cet Euro.

En Belgique toujours, nos confrères du Nieuwsblad parlaient d'une énorme sensation de voir la France éliminée face aux Helvètes : "Quelles montagnes russes. Auparavant, tout le monde s'attendait à une victoire rapide de la France contre la Suisse, mais il en a été autrement." Le journal néerlandophones a également taclé les journalistes français qui trouvaient les Belges arrogants : "Adieu, la France. Bisou de la part des Dikkeneks belges"

Dans le camp des vainqueurs, le journal suisse Le Temps saluait "l'exploit" de leur équipe parlant du "rêve suisse qui se réalise." 

"Il faut l’écrire pour le croire: l’équipe de Suisse a remporté sa première rencontre à élimination directe depuis 1954, et elle l’a fait contre les champions du monde en titre, au bout de ce qui fut peut-être le match le plus marquant de son histoire", continuait le plus grand quotidien suisse francophone.

La Gazzetta dello Sport n'a pas fait dans la dentelle non plus sur la Une de son édition de ce mardi : "Ciao Ciao Mbappé", titrait le quotidien sportif italien avant de pousser plus loin l'analyse, "un lundi mémorable qui a fait disparaître de l'Euro les deux finalistes de la dernière Coupe du monde. Mais si l'élimination de la Croatie par l'Espagne est dans l'ordre des choses, celle de la France, grande favorite, contre la Suisse, fait sensation."

"L'équipe de Deschamps semblait être sortie des sables mouvants après que Ricardo Rodriguez ait raté le penalty de 2-0 pour la Suisse à la 55e minute, aussi parce que Benzema et un somptueux Pogba avaient pensé à renverser la situation", a poursuivi la Gazzetta dello Sport, "À 3-1 pourtant, les Bleus ont été trop légers dans la gestion de l'avantage et une certaine fragilité en défense est sortie : d'abord Seferovic, déchaîné (toujours avec sa tête) puis Gavranovic dans les arrêts de jeu, ont permis à la Suisse d'y croire. Avec le recul, Deschamps a probablement commis une erreur en commençant par la défense à trois."

placeholder
© D.R.


Kicker pose lui la question de l'élimination des Bleus : "La France a-t-elle échoué à cause de sa propre arrogance ?", se questionnait le magazine allemand, "les Français sont tombés de leur nuage et ont heurté violemment le sol. Lorsque Paul Pogba a rassemblé toute la qualité de cette équipe en un seul coup avec son magnifique but pour porter le score à 3-1, il a exécuté une petite danse. Pour signifier : nous avons les quarts de finale, probablement aussi pour l'adversaire", avant de relayer les propos du gardien Sommer qui "a trouvé les Français arrogants par moments."

De son côté, Marca pointe avant tout ''l'échec de Kylian Mbappé". Si le quotidien sportif espagnol ne reprochait pas à la star parisienne son penalty raté, "les tirs au but ne sont manqués que par ceux qui les tirent, Mbappé n'est pas le premier et ne sera pas le dernier", écrivait ainsi Marca. Mais le bilan de son Euro est beaucoup moins défendable : "Il est arrivé, comme lors de la dernière Coupe du monde, comme la grande star du tournoi. Mais heureusement, le football ne fonctionne pas seulement avec des noms. Ce statut n'aura pas aidé Mbappé à battre Sommer ni même à marquer un but durant tout ce championnat d'Europe. Cet échec de la France est par extension le grand échec de l'attaquant français. Quatre matchs, aucun but et une poignée de bonnes occasions qu'il a envoyées dans les tribunes."

Le quotidien espagnol a tout de même félicité Karim Benzema pour son très bon Euro tout en pointant également les "trous" dans la défense des Bleus pour justifier le fiasco de l'équipe de France.

Finalement, The Sun préférait pointer le jusqu'au-boutisme des Suisses plutôt que la défaite française : "La victoire était méritée pour les Suisses qui auraient pu déjà prendre une sérieuse option sur penalty à la 55e et mener 2-0. Malgré le retournement de situation, les Suisses n'ont pas baissé les bras et ont riposté avec deux buts dans les 9 dernières minutes."