Comment l'Italie a gagné cinq minutes de jeu en fin de match, face à des Belges bien naïfs

L'Italie a usé de toutes les ficelles pour casser le jeu en fin de partie.

Cette élimination en grand tournoi est sans doute la plus justifiée des quatre subies par la génération dorée, tant l'Italie a semblé maitriser son sujet durant 70 minutes. Avant d'abandonner le ballon à la Belgique en fin de match pour reculer tant et plus, sans vraiment souffrir pour autant.

Pourtant, cinq jours plus tôt, les Diables étaient passés par toutes les couleurs dans une fin de match qui offrait le scénario inverse face au Portugal. On s'est "amusé" à comparer les vingt dernières minutes des deux rencontres et, sans surprise, les Diables - dont on vantait la maturité et l'expérience - se sont fait avoir comme des jeunes premiers.


A peine 11'30" de jeu effectif entre la minute 71e et la 97e

Face à l'Italie, lorsque le marquoir affichait 70'00" de jeu tout pile, les Diables se demandaient comment ils avaient pu rater l'énorme occasion amenée par un centre de Chadli, deux secondes plus tôt. L'action se poursuivait avant que le jeu ne s'arrête après 71'14" de match. Et le festival italien pouvait alors commencer... avec la complicité de Chadli. Touché à la cuisse sur cette action, le Diable se faisait soigner sur le terrain pendant 80 secondes. Mancini allait ensuite faire deux remplacements, prolongeant l'interruption jusqu'à 74'14". Trois minutes tout rond sans que le ballon ne soit en jeu.

Dans des circonstances comparables, Eden Hazard s'était blessé après 84'40" contre le Portugal. Faisant l'erreur de rester debout, de défendre sur l'action suivante tout en étant blessé, et de finalement sortir du terrain sans jamais s'être assis pour demander des soins. Voilà comment deux blessures belges ont amené des résultats très différents et opposés à ce que le bon sens et le "métier" auraient voulu...

Mais revenons-en à Belgique-Italie: juste après la blessure de Chadli, c'est Spinazzola qui se blesse. Le joueur reste debout dans un premier temps et demande immédiatement son remplacement. Avant de s'allonger au sol: il vient de se rompre le tendon d'Achille. Son évacuation du terrain prendra 3'10" exactement, sur civière et après avoir été complètement immobilisé. Dans les mêmes circonstances, Axel Witsel était sorti du terrain simplement soutenu par deux soigneurs de Dortmund, en janvier dernier.


Donnarumma a des choses à apprendre à Courtois

Quand on parle de métronome en football, on pense habituellement à ce milieu de terrain capable de mettre du rythme. Dans cette fin de match, le seul métronome fut Donnarumma. Le futur gardien du PSG a systématiquement pris plus de 30 secondes à jouer les coups-francs (comme sur cette...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité