Quand Nicolas Anelka conseille à Kylian Mbappé de quitter la Ligue 1: "OK, tu as été bon avec le PSG, mais ce n’était que la France"

L'ancien attaquant de l'équipe de France estime que le Parisien doit aller à l'étranger pour viser le Ballon d'or.

Quand Nicolas Anelka conseille à Kylian Mbappé de quitter la Ligue 1: "OK, tu as été bon avec le PSG, mais ce n’était que la France"
© AFP
Ju.Pa

Il a été dans sa position. Propulsé star du football français à peine majeur, Nicolas Anelka avait explosé à l'étranger à Arsenal avant de partir au Real Madrid. Deux décennies plus tard, l'ancien buteur conseille à Kylian Mbappé d'emprunter le même chemin.

"Si tu veux les plus grands honneurs, tu devras quitter le PSG tôt ou tard. Quoi que tu fasses de bien à Paris, quelqu’un dira toujours: 'OK, tu as été bon avec le PSG, mais ce n’était que la France", confie-t-il au média The Athletic.

L'enfant de Trappes estime que le phénomène de Bondy ne parviendra jamais à enlever le Ballon d'or en restant dans le club de la capitale.

"Moi je n'ai jamais oublié et je n'oublierai jamais. On vit avec et c'est cruel."

"Tu dois choisir. Si tu veux gagner le Ballon d’or, ce que tu devrais désirer pour faire écho à Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, tu dois jouer contre les meilleurs. Or tu ne peux pas dire que tu joues tout le temps contre les meilleurs quand tu es au PSG. Le championnat de France n’est pas facile, ce n’est pas ce que je veux dire, mais je pense que le championnat le plus relevé se trouve en Angleterre. Donc si tu veux être l’un des meilleurs, alors fais ce que tu fais à Paris, mais avec Chelsea, United, Arsenal, Manchester City ou Liverpool. Tu peux aussi aller en Espagne, à Madrid ou à Barcelone. Ou même en Italie. Alors on pourra parler d’un plus grand impact."

Anelka revient également sur le tir au but manqué de Mbappé face à la Suisse il y a une semaine qui a coûté l'élimination aux Bleus. Il parle en connaissance de cause car l'ancien Blues avait raté son penalty en étant le dernier tireur de la séance lors de la finale de Ligue des Champions opposant Manchester United à Chelsea en 2008.

"Rater un dernier tir au but, c’est une cicatrice qui marque et qui marquera toujours, tu te sens seul, explique-t-il. La seule chose qu’il y a à faire c’est travailler, travailler, travailler pour marquer de nouveau et commencer à oublier. Mais en réalité on n'oublie jamais. Moi je n’ai jamais oublié et je n’oublierai jamais. On vit avec et c’est cruel."