A Londres, des larmes dans la bière pour les supporters anglais

Survoltés par l'espoir de ramener la coupe à la maison, les supporters anglais ont achevé l'Euro de football dans les larmes ou le silence dimanche soir après la victoire de l'Italie aux tirs aux but.

placeholder
© AFP
AFP

Un silence de mort s'est subitement fait à l'intérieur des allées bondées du pub Howl to the moon, dans le nord de Londres, au moment où l'Angleterre a perdu la finale de l'Euro (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.).

Hébétés, les supporters anglais sont restés muets pendant plusieurs minutes, certains désertant le bar sans bruit, alors que quelques instants plus tôt les serveurs ne pouvaient se frayer un chemin;

placeholder
© AFP

A Trafalgar Square, où 1.500 chanceux avaient été tirés au sort pour suivre le match sur écran géant depuis la fan zone, deux supportrices ont en direct sur Sky news exprimé leur déception. "C'est un moment dont on se souviendra, on est allés jusqu'en finale, c'est très triste, mais on a fait de notre mieux", explique l'une. Son amie qui la console évoque quant à elle une "question de chance".

placeholder
© AFP



Devant le stade de Wembley, la bouche de métro avait déversé un véritable torrent bouillonnant de drapeaux blanc et rouge. 65.000 personnes venues assister au choc Italie-Angleterre, mais aussi des milliers d'autres supporters, sans billet pour la finale venus participer aussi à la fête, émaillée par quelques incidents.

placeholder
© AFP


Quelques personnes sans billet ont réussi à rentrer dans le stade et une vidéo visiblement prise dans les couloirs du stade a montré des scènes de violences et des agents débordés.

Le désordre et la liesse qui se sont emparés de la capitale n'est cependant pas du goût de tous, en particulier face à la récente flambée dans le pays des cas de Covid-19 liés au variant Delta, plus contagieux. "Quand il y a autant de monde, surtout beaucoup de gens ivres, c'est très difficile pour nous", a souligné Anna Bodo, riveraine de Wembley âgée de 29 ans, "heureuse" que l'Euro touche à sa fin.

placeholder
© AFP


Sur le même sujet