Clinton Mata salue la prestation de l'Union: "On n’a pas reconnu Bruges en première période"

Clinton Mata était satisfait de la seconde mi-temps et de l’efficacité flandrienne.

Clinton Mata salue la prestation de l'Union: "On n’a pas reconnu Bruges en première période"
© BELGA

Après un match souvent interrompu contre les Eupenois, les Brugeois ont eu droit à un tempo nettement plus élevé. Une partie finalement très agréable, où ils auraient été bousculés.

"L'Union est une très belle équipe et je l'ai dit à Felice Mazzù, commentait Clinton Mata, après la rencontre. Les Bruxellois jouent un football positif et ils vont se maintenir en évoluant de la sorte. Puis cette ambiance, ça fait penser au football d'antan. Avec un public très proche du terrain, comme en Angleterre. C'était très agréable."

Mis en difficulté par les contre-attaques germanophones, c’est la fougue des Bruxellois que les Blauw en Zwart ont dû contenir ce dimanche. Le 4-2-2-2 n’a pas fonctionné et la défense a été déstabilisée par le manque d’automatisme, vu la première titularisation du Français Stanley Nsoki. La pression locale n’a toutefois duré qu’une grosse période.

"En première mi-temps, on n'a pas reconnu le Bruges habituel, estimait le latéral. En seconde période, on a remis les pendules à l'heure. Au final, chacun a eu sa mi-temps. La rencontre était bonne, avec un rythme élevé, pas comme la semaine passée."

Le réalisme brugeois

L'autre différence par rapport à la première journée, c'est que les Blauw en Zwart se sont imposés. Un bilan de deux points sur six aurait été injuste. "En tant que champion en titre, on ne pouvait pas se permettre de perdre. On devait réagir après le partage de la semaine passée et on l'a bien fait. Cela fait partie du football de marquer sur phase arrêtée, indiquait Clinton Mata. On a su saisir notre chance, c'est ce qui a fait la différence. La saison passée, on aurait peut-être perdu ce genre de matchs."

Ils ont profité du manque de réalisme des Bruxellois pour laisser passer l’orage et ont fait mal en fin de rencontre. L’expérience. Le beau jeu, lui, devrait revenir dans quelques semaines, quand l’effectif aura été renforcé et que tout le monde sera revenu à son niveau. En attendant, ils ont bien limité les dégâts.