Imbroglio autour du transfert de Messi: l'entourage dément "la dernière offre du Barça", l'Argentin se dirige bien vers le PSG

Libre de s'engager là où il le veut après avoir écrit sa légende au FC Barcelone, la superstar Lionel Messi a reçu une fausse offre selon l'entourage du joueur. Il devrait bel et bien s'engager vers le PSG.

Imbroglio autour du transfert de Messi: l'entourage dément "la dernière offre du Barça", l'Argentin se dirige bien vers le PSG
©AFP
AFP avec rédaction

Dans la nuit de lundi à mardi, le média catalan Betevé, repris par des quotidiens sportifs espagnols, a affirmé que le Barça venait de faire une "dernière offre" au joueur. "L'Argentin et le club négocient à l'aube une offre qui arrive après les adieux", a avancé Betevé sur le compte Twitter de son émission La Porteria, sans citer de sources.

Dans la matinée, Marca a nié cette information en citant l'entourage du joueur qui "démentait que le FC Barcelone avait fait une ultime offre pour Lionel Messi." Ce que confirmait également le journal L'Equipe. "Il n'y aura pas de marche arrière", précisait le journaliste Florent Torchut.Peu avant, le média Olé avait également affirmé que Messi avait bien reçu une offre mais qu'elle avait été refusée par le clan argentin. Bref, Messi semble bel et bien parti pour quitter définitivement le FC Barcelone et rejoindre le PSG.

Pendant la nuit, le journal L'Equipe avait déjà annoncé que les négociations entre le sextuple Ballon d'Or et les dirigeants parisiens allaient reprendre aujourd'hui. "Les deux parties ne sont pas encore totalement tombées d'accord mais elles sont proches d'un terrain d'entente. Ce lundi soir, le jet privé de Messi s'est envolé pour Ibiza, où se trouve actuellement un des membres de l'état-major du PSG, mais ni le joueur ni son père ne serait à bord. Lundi soir, au PSG, on tablait encore sur une arrivée dans les quarante-huit prochaines heures" détaillait le média.

Les supporters du PSG l'ont attendu dimanche et lundi devant l'aéroport du Bourget, et à l'entrée du Parc des princes. Mais la "Pulga" argentine --la "Puce" en espagnol, son surnom-- est restée chez elle, en famille, avec son ami Luis Suarez, dans la banlieue de Barcelone.

Sa tranquillité tranche avec l'effervescence des réseaux sociaux et l'impatience des fans parisiens, prêts à accueillir l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire.

La proposition du PSG d'un contrat d'au moins deux ans, assorti d'un salaire annuel net autour de 40 millions d'euros. De tels émoluments placeraient Messi au niveau de Neymar (36 millions d'euros), le footballeur le mieux payé en France.

Mais sans sa présence dans la capitale, point de signature: la "Pulga" joue avec les nerfs des supporters, de la même manière qu'il dribble ses adversaires dans les stades.

Ami de Neymar

Dimanche, il a préféré dédier au Barça ce qui pourrait être son dernier week-end de joueur libre.

Dans les entrailles du Camp Nou où il a écrit sa légende, Messi, en larmes, a clamé son amour pour le club où il est arrivé à 13 ans. "Je n'avais jamais imaginé mes adieux car la vérité est que je n'y pensais pas", a-t-il déclaré, en révélant qu'il avait proposé de réduire son salaire de moitié pour pouvoir rester.

Mais le Barça a renoncé à prolonger son énorme contrat, expiré en juin, qui faisait planer un risque trop élevé sur ses finances exsangues. L'occasion était trop belle pour le PSG, dont le riche propriétaire qatarien QSI est en quête perpétuelle de superstars pour développer sa marque.

La puissance financière de QSI et l'allègement des règles du fair-play financier de l'UEFA ont rendu possible une opération que personne n'imaginait au début de l'été. Le contact entre Messi et le PSG remonte au moins à l'été 2020, quand l'Argentin a fait part de son envie de quitter le Barça. Mais à l'époque, cela n'était pas allé aussi loin, le joueur ayant trouvé un terrain d'entente avec le club catalan pour prolonger d'un an.

Le N.10 compte aussi parmi ses amis le Brésilien Neymar, avec lequel il a joué entre 2013 et 2017. Les deux hommes ont passé une soirée ensemble, début août, durant des vacances à Ibiza en compagnie d'Angel di Maria, Leandro Paredes et Marco Verratti, trois autres joueurs du PSG.

Le Paris SG, qui s'est imposé à Troyes samedi en Ligue 1 (2-1), a préparé le terrain pour ce "big bang" capable de l'emmener dans une autre dimension, à la fois sportive et économique. Aujourd'hui, il n'attend plus qu'un signe.