Le Parc des Princes accueille Messi en héros: "Je suis très heureux" (VIDEO)

Pour son premier match de la saison au Parc (face à Strasbourg), le PSG a pu présenter ses nouvelles recrues.

Mariano Spitzer

Trois jours seulement après sa présentation officielle, Lionel Messi a de nouveau pris le micro. Non plus devant des journalistes, mais devant un stade plein, le natif de Rosario a tenu à remercier l'accueil chaleureux offert par le public parisien. "C'était une semaine spéciale. C'était incroyable et je tiens à remercier tous les supporters. Je me sens heureux d'être à Paris et de cette nouvelle étape dans ma carrière qui s'offre à moi. J'espère qu'on profitera ensemble et qu'on connaitra une grande année".

Les supporters ont également pu scander les noms de Sergio Ramos, Achraf Hakimi, Gianluigi Donnarumma et Georginio Wijnaldum.

"C'est grandiose", s'exclame Cédric, père de famille venu de Poitiers passer quelques jours de vacances dans la capitale avec ses deux fils.

Son cadet, Tom, fête ses 7 ans avec un maillot fraîchement acheté à la boutique: celui de Messi, évidemment. "On a pris les billets avant même de savoir que Messi viendrait ! Je pense que les enfants se souviendront longtemps de cette soirée", renchérit sa compagne Jennifer.

Il n'est que 19h24 au Parc des princes. Le match contre Strasbourg ne commence qu'à 21h00, mais déjà, le stade rugit d'un retentissant "Paris !". La soirée est lancée.

Successivement, les recrues estivales viennent saluer les supporters sous les feux d'artifice. Achraf Hakimi, Georginio Wijnaldum, Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos et enfin Lionel Messi, accueilli comme un roi, participent à la courte cérémonie organisée à une heure du coup d'envoi.

En tribunes, Messi fait chavirer le stade et Ramos fait l'unanimité lorsqu'il lance un vibrant "Paris est magique" au micro. Les deux joueurs ne disputeront pas la rencontre, faute de préparation pour l'Argentin sextuple Ballon d'Or et en raison d'une blessure pour l'Espagnol.

Boutique prise d'assaut

Un Parc des princes comble ou presque (47.900 places), cela n'était plus arrivé depuis le 29 février 2020, lors de la réception de Dijon (4-0).

Qui aurait imaginé que les tribunes de l'enceinte resteraient vides pendant près d'un an et demi, exceptés les quelques matches à jauge très réduite de l'été et l'automne 2020 ?

"Pour les ultras, c'est dur, car cela fait partie intégralement de leur vie. On leur a enlevé quelque chose qui éclaire leur semaine", analyse Xavier Chevalier, abonné de longue date et rédacteur en chef de "Virage", blog de supporters consacré au PSG.

Ce retour au Parc en jauge pleine implique un protocole précis. Pour entrer dans le stade, dont l'ouverture a été avancée à 18h00, un premier point de contrôle: celui du pass sanitaire, où les QR codes sont dégainés à rythme élevé.

Sur le côté, une tente est installée pour gérer d'éventuels litiges, on y propose aussi des tests antigéniques de dernière minute.

Et à quelques mètres, une très longue file d'attente pour la boutique officielle, pleine à craquer: à la sortie, le maillot floqué du N.30 de "La Pulga" est bien entendu dans la plupart des sacs, voire déjà enfilé.

"Pour le maillot de Messi, allez directement à la caisse ! Pas d'essayage, merci !" répète-t-on inlassablement à l'entrée.

"Spectacle"

"On n'a pas pu venir pendant longtemps, on avait hâte que ça reprenne car avec une jauge à 5.000 spectateurs comme à l'automne dernier, il n'y a vraiment aucune ambiance", pointe Stéphane, un habitué du Parc.

Avec sa fille Lilou, ils ont avancé leur venue d'une heure pour éviter "les files d'attente pas possibles".

"Cette saison va marquer l'histoire du PSG", promet Lilou. "Avec Messi, quoi qu'il arrive on sait que ce sera un spectacle tous les week-ends", reprend son papa, pass sanitaire et pièce d'identité en main.

A l'autre bout du stade, les membres du Collectif ultras Paris (CUP) se pressent déjà dans les travées.

Malgré des réticences concernant le pass sanitaire, ils ont décidé d'être là "dans les conditions proposées, à savoir sans jauge et sans masque", après en avoir "longuement débattu".

A quelques heures du match, la préfecture de police a pourtant imposé le port du masque en tribunes, "à la suite de la dégradation de la situation sanitaire", a-t-elle indiqué. Une mesure assez peu respectée par les fans.

Au coup d'envoi, le virage "Auteuil" déploiera un grand tifo à l'effigie de "PARIS" et craquera quelques fumigènes.

"J'ai l'impression que la star du soir, c'est le Parc. Le point culminant est en tribunes et la cerise sur le gâteau c'est les recrues", s'enthousiasme Xavier Chevalier. "Même si parfois je me dis que ça ne ressemble plus trop à mon club, qui a tellement mué, je pense que cela fera partie des instants marquants de son histoire".