Jan Vertonghen à propos de l'Euro: "Cette élimination fait encore toujours mal"

Cinquante-neuf jours après l'élimination de la Belgique en quarts de finale de l'Euro 2020 face à l'Italie, les Diables Rouges se sont retrouvés pour la première fois lundi à Tubize.

Jan Vertonghen à propos de l'Euro: "Cette élimination fait encore toujours mal"
©Belga
Belga

Cette fois, c'est en préparation du triptyque contre l'Estonie, la République tchèque et la Biélorussie, dans le cadre des qualifications pour la prochaine Coupe du monde. "Cette élimination me fait encore toujours mal", a reconnu Jan Vertonghen lundi à Tubize. "Nous n'avons pas réussi à atteindre nos objectifs lors de cet Euro. Nous ne pouvons pas changer grand-chose à cela maintenant. La seule chose que nous puissions faire, c'est gagner des matchs."

Vertonghen a également cherché les causes de cette élimination, la troisième en quart de finale d'un grand tournoi après celles survenues en 2014 et en 2016. La seule exception fut la Coupe du monde 2018, où la Belgique a réussi à franchir les quarts et obtenir une troisième place finale. "Tu cherches tout le temps les causes. Déjà, nous avons affronté la meilleure équipe du tournoi, celle qui a remporté la compétition. C'était une excellente équipe, aussi bien offensivement que défensivement. Si nous voulons remporter des prix, nous devons évidemment pouvoir les battre. Contre l'Italie, nous n'avons pas pu concrétiser nos occasions et nous avons commis des erreurs sur les buts", a noté l'arrière gauche.

La question est maintenant de savoir si cette génération des Diables Rouges dite dorée, n'a pas loupé le coche et que ses meilleures possibilités de victoire ne sont pas derrière elle. "L'Italie était vraiment au-dessus dans tous les domaines. Je n'avais pas ressenti ça depuis trois ans et le match face à la France, qui s'appuyait sur une défense solide et une classe individuelle devant. Les deux nous ont fait mal. Nous sommes aussi allés à l'Euro avec des attentes très élevées, nous avions placé la barre un peu plus haut et nous voulions vraiment gagner. En 2016, nous avons également raté une opportunité. Ce sont des moments rares et vous devez les saisir quand ils se présentent. Cependant, ce ne sera pas une génération perdue si nous ne remportons rien. Il y a beaucoup de grands joueurs qui n'ont pas de titres avec leur équipe nationale. Messi a dû attendre cette année pour décrocher le premier."

Après un Euro décevant, les appels au rajeunissement de l'équipe ont été criants. Cependant, l'entraîneur Roberto Martinez a rapidement fait savoir qu'il allait continuer à faire confiance à ses cadres présents au championnat d'Europe, auxquels allaient venir se rajouter quelques jeunes, proches de l'équipe depuis quelque temps. "Je ne vois certainement pas le rajeunissement comme une concurrence, car nous avons tous le même objectif. J'aimerais certainement aider Zinho, Brandon et Jason en défense", a expliqué le défenseur de 34 ans. "Nous avons le même noyau depuis longtemps, c'est donc bien d'y injecter du sang neuf. Je suis ici pour jouer, mais aussi pour aider. L'équipe nationale a, avant tout, besoin de bons joueurs. Les meilleurs joueurs doivent être appelés et jouer. Et si les jeunes sont meilleurs que les vieux, qu'il en soit ainsi. Une sélection comme la nôtre n'est pas facile, car pour chaque joueur qui arrive dans le noyau, un autre doit sortir. Et qui cela devrait-il être?" a conclu l'homme aux 131 caps.

Sur le même sujet