Arsene Wenger affine son projet d'une Coupe du monde tous les deux ans : "Les clubs ont tout à y gagner"

L'ancien entraîneur d'Arsenal a dévoilé les contours de sa réforme dans une interview à l'Equipe.

Arsene Wenger affine son projet d'une Coupe du monde tous les deux ans : "Les clubs ont tout à y gagner"
©AFP
Ju.Pa

Le Arsène Wenger version entraîneur n'aurait sans doute pas apprécié le Arsène Wenger version directeur du développement du football à la FIFA. Alors qu'il pestait lorsqu'il était à la tête des Gunners sur les rendez-vous trop multiples des sélections nationales, l'Alsacien souhaite désormais instaurer... une Coupe du monde tous les deux ans et réserverait le même sort à l'Euro.

Concrètement, il y aurait donc une grande compétition chaque année. De quoi susciter l'interrogation du journaliste de l'Equipe, Vincent Duluc, qui l'a interviewé. Le Français s'est défendu sur la question de la banalisation de la Coupe du monde qui supplanterait la beauté de la rareté qu'offre une organisation tous les quatre ans.

"S'il fallait laisser la durée rehausser le privilège, il faudrait jouer une Coupe du monde tous les dix ans. Il faut avoir le courage de se dire que la beauté et le prestige de la compétition dépendent avant tout de la qualité de la compétition. Ce qu'il ne faut pas, c'est organiser des compétitions au rabais."

"S'il y a une Coupe du monde en 2028, alors les équipes européennes ne la joueront pas"

Le natif de Duppigheim estime également que son nouveau projet permettrait aux clubs de bénéficier davantage de leurs joueurs car les périodes réservées aux sélections seraient réduites à trois plages maximum.

" Les clubs auront les joueurs rien que pour eux pendant sept mois au minimum ! Ils ont tout à y gagner. Pendant la période où ils en ont le plus besoin, ils les auront constamment avec eux. Pour avoir été souvent confronté à ça, je sais que c'est un vrai problème. Au lieu de quatre périodes pendant la saison où les clubs peuvent perdre leur dynamique en raison de la trêve internationale, il n'y en aura plus que deux, voire une. Moi, personnellement, je préférerais qu'il y ait tout le mois d'octobre pour les sélections, et rien en mars. Mais même si on maintient ces deux fenêtres pour les qualifications, il y en aurait deux au lieu de cinq, plus le tournoi en juin."

Bien décidé à mener ce changement et à le valider d'ici décembre, l'homme de 71 ans va devoir combattre des détracteurs comme l'UEFA.

"C'est une idée irrationnelle, pourquoi en aurions-nous besoin ? La prochaine Coupe du monde, après 2022, aura lieu en 2026. En 2028, c'est l'Euro. S'il y a une Coupe du monde en 2028, alors les équipes européennes ne la joueront pas", a prévenu Aleksander Ceferin.

S'il peut compter sur le soutien de la Confédération Africaine qui voit une opportunité en or pour placer plus d'équipes de leur continent et d'organiser la compétition, Arsène Wenger risque de déclencher un séisme proche de celui vécu lors de la création de l'éphémère Super League.

Sur le même sujet