"Ce n'est pas à la hauteur de notre ambition", admet Deschamps après le nul contre l'Ukraine

Aligner un cinquième match nul consécutif, samedi en Ukraine (1-1), "n'est pas à la hauteur de notre ambition", a reconnu le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, refusant d'évoquer une "perte de confiance" et invitant ses joueurs à "ne pas renoncer".

"Ce n'est pas à la hauteur de notre ambition", admet Deschamps après le nul contre l'Ukraine
© AFP

La France a concédé l'ouverture du score pour la cinquième fois d'affilée. Cela vous inquiète-t-il ?

"Le scénario est comme cela, ce n'est pas l'idéal. Réagir est toujours bien, mais il vaut mieux agir et prendre les devants. (En étant mené) on est dans une situation moins heureuse, plus compliquée. La réaction est là, c'est important. On a des événements qui ne sont pas favorables, cela peut arriver. L'essentiel est de ne pas renoncer même si on va tout faire pour inverser cette tendance. Dans les duels et l'agressivité, l'Ukraine nous était supérieure en première période. Avec un peu de réussite, on aurait pu prendre trois points. La situation n'est pas plus mauvaise qu'avant le match, mais elle n'est pas fondamentalement meilleure non plus. Le match de mardi (contre la Finlande) n'en est qu'encore plus importa

L'euphorie de la Coupe du monde est-elle derrière vous ?

"La Coupe du monde, ça fait trois ans. Personne ne pourra rien changer. L'important, c'est aujourd'hui et demain. Vous savez notre situation. Je n'ai jamais effectué autant de rappels de joueurs en un seul stage. J'ai confiance en ceux qui sont là, évidemment, mais il ne faut pas regarder dans le rétro. Les adversaires ont un surplus de motivation et jouent regroupés, ce qui augmente la difficulté. On a un peu moins de réussite, on doit être capable de faire plus aussi. Par rapport au Mondial, ce ne sont pas les mêmes joueurs non plus, sur les onze titulaires, il y en a trois ce soir. Cela ne veut pas dire que les présents ne sont pas au même niveau, mais trois ans, dans le football, c'est long. Ce n'est pas une perte de confiance. On doit faire plus. La confiance est forcément liée aux résultats. Cela fait deux matches qu'on ne gagne pas (en réalité, cinq, NDLR), ça ne nous est pas arrivé souvent. Mais cela peut arriver, des périodes avec moins d'efficacité. Il faut faire en sorte de proposer plus pour obtenir plus."

Vous vivez une série historique de cinq matches nuls. Qu'est-ce que cela dit de votre dynamique ?

"Je ne vais pas me satisfaire d'un match nul. Je dois m'en contenter, je n'ai pas le choix, mais ce n'est pas l'ambition que l'on doit avoir. Faire des matches nuls, c'est factuel, le compteur augmente moins vite en les accumulant. C'est forcément une période un peu plus compliquée car on n'est pas habitué à cela. Sur ces deux matches, prendre deux points, ce n'est pas à la hauteur de notre ambition."