Transfert d’Edmilson Jr à Al-Duhail : l'audience de Bruno Venanzi est reportée

Le président, et le Standard, sont sous le coup d’une procédure dans le cadre du transfert d’Edmilson Jr à Al-Duhail.

Transfert d’Edmilson Jr à Al-Duhail : l'audience de Bruno Venanzi est reportée
©BELGA
Bleus Frédéric

Ce vendredi matin, la chambre du conseil de Hasselt décidera, ou non, de renvoyer Bruno Venanzi devant le tribunal correctionnel, dans l’affaire opposant le Standard à Saint-Trond, dans le cadre du transfert d’Edmilson Jr, du club liégeois vers Al-Duhail, en août 2018.

Le fond de cette affaire est financier, le club trudonnaire estimant avoir été lésé par le club liégeois. Dans le cadre du transfert du médian offensif, de Saint-Trond au Standard, en janvier 2016, il était prévu que 40 % d’une future vente revienne au club limbourgeois. Officiellement, le montant du passage d’Edmilson Jr à Al-Duhail est de 2 millions €, mais il est apparu que la somme tournait plutôt autour des 5,2 millions €, selon des documents que s’est procurés la RTBF.

Le calcul était vite fait à Saint-Trond, qui réclame 1,28 million € en plus des 320 000 € déjà obtenus sur la base d’un transfert à 2 millions. La différence entre les deux montants s’expliquerait par un accord de coopération passé entre le Standard et le club qatari.

Cet accord prévoyait un stage des Rouches au Qatar et l’installation de panneaux publicitaires à Sclessin. Il permettait, surtout, de ne payer aucune plus-value à Saint-Trond, en plus de celle déjà versée. Dans les faits, les panneaux ont bien été installés à la hâte le temps d’un match contre Anderlecht, et le stage, pour l’équipe première du moins, n’a jamais eu lieu - il a été organisé pour l’équipe Espoirs, en janvier 2020 alors qu’il était programmé en janvier 2019.

Cette convention, qui portait sur la coopération belgo-qatarie était-elle alors un faux, pour contourner quelques obstacles et récupérer un peu d’argent ?

C’est ce que pense Saint-Trond, qui a saisi la justice. Le procureur du Roi, après avoir recueilli tous les éléments du dossier, en est arrivé à la conclusion suivante : le renvoi de Bruno Venanzi et du Standard devant le tribunal correctionnel pour faux en écriture et usage de faux.

La balle est désormais dans le camp de la chambre du conseil. Si elle suit la réquisition du procureur, le dossier sera transféré devant le tribunal correctionnel. Le président du Standard pourrait écoper d’une lourde amende et/ou d’une peine de prison, avec sursis. Il pourrait aussi bénéficier d’un non-lieu, faute de preuves suffisantes, et il convient de rappeler ici la présomption d’innocence. Une troisième possibilité est la demande de devoirs d’enquête par l’avocate du club liégeois. Contactée ce jeudi, Me Sandra Berbuto n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Le Standard doit-il, lui, être inquiet de la tournure des événements ? Selon le règlement, l’octroi de la licence ne serait pas en danger, même en cas de condamnation. De manière plus générale, pour l’image, c’est un nouveau coup dur qui est porté au président, qui cherche par ailleurs des appuis pour convaincre de nouveaux investisseurs.

Standard - St-Trond: devoirs complémentaires demandés

L'avocate du Standard, Me Sandra Berbuto, a demandé des devoirs complémentaires dans le dossier opposant le club liégeois à St-Trond, devant la chambre du conseil de Hasselt. Selon Le Soir, la demande a été faite jeudi après-midi, ce qui a pour conséquence de renvoyer l'audience à une date à déterminer.

Pour rappel, St-Trond a déposé une plainte contre le Standard, dans le cadre du transfert d'Edmilson Jr à Al-Duhail. Le club trudonnaire s'estime lésé au sujet d'une plus-value plus importante qu'il devait obtenir.