Non vacciné, Joshua Kimmich critiqué par d'anciennes légendes allemandes: "Si tout le monde faisait comme lui, nous jouerions une année de plus sans spectateurs"

La position de l'Allemand Joshua Kimmich au sujet de la vaccination ne passe pas auprès de plusieurs légendes de la Mannschaft, rapportent nos confrères de Sky et du Bild.

Non vacciné, Joshua Kimmich critiqué par d'anciennes légendes allemandes: "Si tout le monde faisait comme lui, nous jouerions une année de plus sans spectateurs"
©DPA

Le mois dernier, Joshua Kimmich avait déclaré dans une interview sur Sky qu'il n'était pas encore vacciné: "Personnellement, j’ai toujours des réserves quant à l’absence d’études à long terme." Pourtant, le joueur du Bayern Munich est l'un des fondateurs de la campagne "We Kick Corona" qui a pour objectif de récolter des fonds dans la lutte contre le coronavirus et notamment pour l'accès au vaccin pour les pays les plus pauvres.

Son avis sur la vaccination anti-Covid 19 a ainsi fait réagir plusieurs anciennes légendes allemandes. Mario Gomez, actuellement analyste de football pour Amazon a critiqué ouvertement sa prise de position: "Les stades sont pleins parce que 60, 70 ou 80% des gens ont été vaccinés. Si tout le monde réagissait comme lui, nous jouerions probablement au football une année de plus sans spectateurs."

Les icônes Uwe Seeler et Paul Breitner ont abondé en ce sens: "Lui et les quatre autres (joueurs du Bayern qui ne sont pas vaccinés, ndlr.) ne joueraient pas avec moi et ne seraient pas autorisés à s’entraîner”, a ainsi affirmé Breitner. "Je ne comprends rien à cela. Je pense que sa position contre la vaccination est très rare", a ajouté de son côté Seeler.

A contre-courant, Lukas Podolski a lui rétorqué que la polémique prenait trop d'ampleur: "C’est comme si on attrapait un grand criminel. Je trouve cela un peu exagéré. Je ne pense pas qu’il soit juste de clouer Kimmich au pilori."

De son côté, Kimmich a indiqué pour sa part ne pas être un opposant catégorique à la vaccination: "Il est très possible qu’à l’avenir je me fasse vacciner."