"Pas de style", "le cauchemar Kimpembe", "Mbappé en Moon Boots": le PSG a encore déçu la presse française

Le PSG ne parvient toujours pas à convaincre après le 2-2 obtenu contre Leipzig.

Une nouvelle désillusion. Ce mercredi, les joueurs du PSG ont encore déçu. Si le résultat n'est pas catastrophique et que les Franciliens sont (quasi) assurés d'être en huitième de finale, c'est bien le fond de jeu qui inquiète.

Dans son édition du jour, le journal L'Equipe a pointé du doigt le début de rencontre catastrophique des Parisiens. "Invité à "mieux jouer" par Leonardo, son directeur sportif, et la plupart des observateurs déçus de son expression minimaliste, le PSG n'a rien montré, ou presque, pendant toute la première période", commence le quotidien sportif. "Mais il est rentré aux vestiaires en menant 2-1 et aurait même pu avoir deux buts d'avance si Mbappé n'avait pas vu, après son raid de la 45e minute + 1, sa frappe détournée par Gulacsi, le gardien de Leipzig. Auparavant, Paris, totalement désorganisé, a été bousculé par les Allemands, plus justes et plus mordants."

Eurosport, résume parfaitement les maux parisiens. "Ce fut une nouvelle fois un match qui ressemble énormément à cette équipe parisenne", estiment nos confrères. "Jamais serein, le Paris Saint-Germain est passé proche de la correctionnelle, puis a mené 2-1 avant de se faire rattraper sur un penalty concédé par Presnel Kimpembe dans les arrêts de jeu (2-2). C'est un coup d'arrêt pour Paris qui voit City lui passer devant."

Présent dans l'émission l'After Foot, Daniel Riolo a dézingué le PSG après sa prestation contre les Allemands. "C'est une bouillie tactique", a-t-il commencé. "Et pourtant, j'ai cru que le 3-1 allait arriver. Ils ont eu tellement de situations pour le faire. Mbappé, il a joué en Moon Boots et Neymar en chaussures de ski tellement leurs pieds étaient lourds. Vu que les vedettes ne parvenaient pas à concrétiser les actions de contre, les Parisiens sont restés suspendus à ce 2-2. Et il est tombé", a conclu le chroniqueur.

Une défense qui inquiète

Offensivement, les Parisiens disposent d'une véritable armada. Mais ils ne parviennent pas encore à exploiter tout cet énorme potentiel. Surtout, si Paris tousse, c'est surtout à cause de sa défense perméable. Une statistique illustre parfaitement cet état de fait. Depuis le début de sa campagne européenne, le PSG a concédé en moyenne six tirs cadrés par rencontre. Sur les 32 équipes qui disputent la compétition, quatre formations en subissent plus avec Bruges, Besiktas, le Sheriff Tiraspol et Malmö. A contrario, Chelsea est le meilleur élève de la classe avec une moyenne de tir inférieure à 1 (0.75) devant le Bayern Munich (1,75) et la Juventus Turin (2).

Au niveau des Expected Goals, le PSG aurait dû prendre... 2,14 buts par matchs cette saison. Le club de la capitale est également le 26e club au classement des clubs qui laissent le plus d’occasions aux adversaires. Seuls Tiraspol, Leipzig, Benfica, Malmö, Bruges et Besiktas font pire. Malgré tous ces chiffres inquiétants, le PSG n'a encaissé que cinq goals en quatre rencontres. Un total plus qu'acceptable.

Un joueur personnifie à merveille les problèmes défensifs des hommes de Pochettino: Kimpembe. "A coté de ses pompes, le défenseur a réalisé une faute évitable dans les arrêts de jeu qui coûté deux points à son équipe. "Il va lui falloir une force mentale rare pour se relever de cette soirée. Sa faute finale change tout (90e). Son début de match avait ressemblé aussi à un cauchemar", estime L'Equipe qui lui colle la pire note avec un 3/10.

Le Parisien affirme que "'Presko' est retombé dans ses travers." De son côté, Opta a expliqué qu'après cette grossière faute, "le défenseur parisien de 26 ans (197 matchs depuis 2014) est devenu le joueur du PSG ayant concédé le plus de pénaltys dans la capitale, à égalité avec Thiago Silva. Gâché." D'autant plus que Kimpembe a disputé... deux fois moins de match qu'El Monstro.

Dans une interview pour So Foot, Didier Domi a estimé que son ancien club "n'avait pas de style". "Globalement, collectivement, ça a de nouveau été insuffisant, mais ce qui est inquiétant, c'est aussi certaines prestations individuelles. Je pense à Presnel Kimpembe, qui n'a pas été au point dans ses couvertures. Encore une fois, on a eu un PSG à réaction, et finalement, tout ce match ne tient qu'à un tournant : le penalty d'André Silva arrêté par Donnarumma. C'est dommage de toujours être au bord du précipice avant de réagir."

D'un point de vue statistique, le PSG est second de son groupe en C1 avec 8 points, soit quatre de plus que le Club de Bruges, et est premier en Ligue 1. Mais il y a encore beaucoup de travail avant de convaincre définitivement les observateurs.