Un proche du Barça revient sur le départ de Messi: "Messi ne pleurait pas parce qu’il quittait le Barça..."

Leo Messi fait encore parler de lui du côté de Barcelone.

Un proche du Barça revient sur le départ de Messi: "Messi ne pleurait pas parce qu’il quittait le Barça..."
©AP
Rédaction

Cet été, Leo Messi a dû quitter son club de coeur du FC Barcelone. Un séisme vécu comme un véritable crève-coeur pour l'Argentin. Pour expliquer son départ, Joan Laporta, le président du club, avait avancé des motifs financiers. En expliquant qu'il ne pouvait pas prendre en charge l'exorbitant salaire de Messi (estimé à 41M€ au PSG) sans plomber encore plus des finances déjà en berne. Et que la législation de la Liga empêchait le Barça de resigner un nouveau contrat à la Pulga.

Mais José Elias est venu casser l'argumentaire du président. Cet inconnu du grand public est le président d'Audax Renovables et principal garant du conseil d'administration du FC Barcelone. Selon lui, Messi est parti pour d'autres raisons que l'argent. "On voyait la fin de Messi arriver. Il fallait renouveler l'équipe et c'était impossible avec Messi" , explique-t-il dans les colonnes de Sport . "Il a un âge où il ne peut plus être au Barça. Pour faire du Barça une équipe qui gagne, ça passe par un projet post Messi. Il fallait prendre une décision à un moment donné" , a-t-il ajouté.

Elias a ensuite été plus loin dans son propos. "Messi ne pleurait pas parce qu'il quittait le Barça, c'était pour une accumulation de choses. Le cycle de Messi se terminait. Mais il avait fait sa vie à Barcelone et toute sa famille y était parfaitement intégrée. Le Barça avait des limites économiques et organisationnelles. Il y a trois raisons pour lesquelles il ne pouvait pas rester" , a-t-il conclu.

Aujourd'hui, Messi s'est marié au PSG mais la lune de miel a du mal à démarrer. S'il a inscrit trois buts pour les Franciliens en C1, il est encore resté muet sur la scène nationale. De quoi relancer un peu, l'idée d'un départ. En tout cas, même si cela semble peu probable, Joan Laporta, lui, ne ferme pas la porte .