Vers une nouvelle bagarre juridique pour le Standard ?

Le Beerschot veut la victoire par forfait, le Standard s’estime dans son bon droit.

Vers une nouvelle bagarre juridique pour le Standard ?
©BELGA

Il fallait s'en douter : le Beerschot ne veut pas en rester là. Les Anversois contestent en effet le report de la rencontre qui devait se dérouler mercredi soir à Sclessin. Les Rats, derniers de Pro League et qui voient ici l'occasion de remporter trois points sur tapis vert, prônent une application à la lettre du règlement fédéral, qui, en son article B7.37, indique que "le fait de ne pas jouer un match à la suite d'une interdiction d'une autorité locale" est assimilé à un forfait.

Un règlement qui a été modifié il y a quelques mois, juste avant que la saison 2019-2020 ne s’arrête pour cause de crise sanitaire. Souvenez-vous : avant que la 30e journée ne soit reportée (puis finalement annulée), le bourgmestre de Beveren avait pris un arrêté d’interdiction de la rencontre entre Waasland-Beveren et La Gantoise. Mais à l’époque, cela avait été vu comme une tentative du club de sauver sa peau, de manière détournée, afin de ne pas perdre ce match décisif pour la descente. Pour éviter qu’un tel scénario ne se reproduise, le règlement fédéral avait été modifié, avec l’accord des clubs. Et c’est ce nouveau règlement qui s’applique désormais au Standard.

Mais le club liégeois compte bien se défendre en invoquant deux choses. La première, c'est le cas de force majeure (une grève policière) alors que le Standard a tout fait pour que le match puisse se jouer. Même à huis clos. Et même avec des services de sécurité que le Sandard était prêt à payer. La seconde défense du Standard concerne l'arrêté d'interdiction pris par le gouverneur de la Province de Liège, Hervé Jamar, reçu par la Pro League peu après l'arrêté du bourgmestre de Liège. Car le gouverneur n'est pas une "autorité locale" mais "provinciale".

Si à l’heure actuelle, aucune décision n’a encore été prise quant à un éventuel forfait ou à un report de la rencontre en janvier, on risque de se diriger vers une nouvelle bagarre juridique dont seul le foot belge a le secret…