Vincent Kompany, trois jours après l’incident raciste: "Mon but n’est pas d’envoyer les coupables au bûcher"

Trois jours après son coup de gueule devant les caméras d’Eleven suite aux insultes racistes à Bruges, Vincent Kompany s’est exprimé pour la première fois devant les médias.

Vincent Kompany, trois jours après l’incident raciste: "Mon but n’est pas d’envoyer les coupables au bûcher"
©Belga
Y. T.

Kompany a retrouvé le calme, mais la cicatrice n'a pas disparu. "L'avantage d'un entraîneur, c'est qu'il doit se concentrer sur le prochain match, en l'occurrence le match de Coupe contre Courtrai", dit Kompany. "Ma réaction après le match n'était pas une réaction d'entraîneur, mais d'être humain. Une limite avait été franchie. J'ai dit ce que je pensais, sans réfléchir à la discussion que mes mots pourraient provoquer. Je voulais rentrer au plus vite à la maison."

Kompany espère qu'il a relancé le débat. "Parce que c'est un problème courant, qui se pose aussi à des matchs de jeunes ou dans le football amateur. Mon but n'est pas d'envoyer les coupables au bûcher. Ce n'est pas à moi de déterminer des sanctions. Mais il ne faut pas étouffer la problématique. J'espère que les dirigeants vont entreprendre des actions, même si c'est un phénomène qui disparaîtra en un clin d'oeil."