Le cas Eden Hazard au Real Madrid: et maintenant, on fait quoi?

Le Diable semble sur une voie de garage au Real Madrid. Quelles sont les solutions pour Eden Hazard dans la capitale espagnole? Eléments de réponse.

Le cas Eden Hazard au Real Madrid: et maintenant, on fait quoi?
©AFP

"Je pense qu'il est proche de son meilleur niveau. Espérons, maintenant, que nous pourrons bientôt le voir". Onze jours plus tard, les mots prononcés par Carlo Ancelotti en conférence de presse sonnent incroyablement creux. Le Brainois sortait alors de quatre rencontres disputées dont trois titularisations (Cadiz, Bilbao, Alcoyano) et une entrée à la mi-temps (Getafe). Oui, mais ça, c'était avant ! Car la Supercopa a rapidement ramené sur terre l'ancien joueur de Chelsea.

Confiance avec Ancelotti brisée?

Avec zéro minute disputée lors de cette compétition, Eden Hazard a dû comprendre une réalité évidente : Ancelotti ne compte pas sur lui. "Pour le moment, il doit retrouver la confiance en ses capacités, comme ce qu'il faisait avant. Sa condition physique est bonne."Voila également ce que disait l'Italien à propos de son joueur après sa période sur le terrain. Mais comment connaître un regain de confiance sans avoir une seule minute de temps de jeu ?

D'autant plus que le Real a disputé les prolongations lors du Clasico par exemple. Mais l'entraîneur a privilégié les jambes d'un Valverde et la vivacité d'un Rodrygo. Même lorsque Vinicius est sorti du terrain, Ancelotti a préféré miser sur Eduardo Camavinga. La goutte d'eau qui fait déborder le vase ? Ce double discours commence tout doucement à irriter le capitaine des Diables.

Dans son édition du jour, Marca annonçait que Carlo Ancelotti ne comptait plus sur le joueur. "La réalité est que sa place est derrière Asensio et Rodrygo une fois que Vinicius est absent sur le côté gauche."Une situation connue depuis longtemps. Seul un changement de système permettrait à l'ancien de Chelsea de revenir en grâce. Mais pourquoi changer ? Le bilan de l'Italien frôle la perfection. Il a gagné la Supercopa, est toujours en course en Copa, premier de son groupe en C1 et solide leader de Liga.

Quelles solutions pour Hazard?

Forcément, dans ce genre de cas, la question d'un transfert est remise sur la table. D'autant plus que la féroce presse espagnole n'a jamais lâché le Diable rouge. Trop rieur après l'élimination du Real face à Chelsea l'an dernier, le (normalement) joyeux Eden s'est, cette fois-ci, montré trop terne après la célébration du trophée avec ses coéquipiers. "Au club, on a conscience que la situation de Hazard n'est pas des plus commodes. Même si c'est un joueur avec lequel il n'est pas difficile de s'entendre au quotidien dans un vestiaire, le fait qu'il ne joue pas du tout pourrait conduire à des situations compliquées", souligne Marca.

Même frustré, Eden ne semble pas du tout être un poids pour un groupe. Certes, le joueur vit une situation inédite (et difficile) dans sa carrière avec cette place de réserviste. Et ses blessures à répétition l'ont fortement frustré par le passé, mais il n'est pas dans la nature du Brainois d'aller au clash. Il a refusé de le faire à Chelsea pour forcer son départ, pourquoi le ferait-il au Real Madrid ?

En d'autres termes, un transfert lors de cet hiver semble exclu. El Nacional annonçait une offre ferme de 40M€ plus 10M€ de bonus acceptée par le Real. D'autres évoquaient un intérêt d'Everton en cas d'arrivée de Martinez. Certes, Newcastle a une bonne tête de pigeon dans ce mercato et est prêt à dépenser des sommes folles pour se sauver (30M€ pour Chris Wood par exemple). Mais payer autant pour un joueur de 31 ans qui n'est plus titulaire depuis trois ans semble (très) excessif. Tandis que Martinez ne viendra pas chez les Toffees ce qui règle la question pour ce mercato.

Pour toutes ces raisons, Eden Hazard devrait encore rester du côté du Real. Au moins jusqu'en été. Comme l'affirme AS. "L'objectif du Real est qu'Eden montre des signes de retour en forme physique et mentale lors de la seconde moitié de la saison. Avant de le transférer en juin avec la moitié de son salaire qui est déjà payé." A dix mois du Qatar, le deuxième meilleur joueur de la Coupe du monde 2018 devra faire le bon choix. Avec en point de mire qu'un seul objectif: jouer.

Sur le même sujet