Reprise du Standard: la direction a bien reçu des offres, elle fera son choix cette semaine

Chaque jour qui passe, les supporters du Standard espèrent une fumée blanche. Ils sont tous pendus aux lèvres de Bruno Venanzi, lui qui avait annoncé dans nos colonnes, en novembre dernier, qu’il ferait son choix parmi les offres d’investisseurs dans le courant du mois de janvier.

Reprise du Standard: la direction a bien reçu des offres, elle fera son choix cette semaine

En décembre, le président des Rouches assurait disposer de cinq offres. Ces dernières semaines, les candidats à l’entrée dans l’actionnariat du Standard multiplient les visites en bord de Meuse. C’est ainsi que le 5 décembre, bien cachés dans une des loges de la tribune 1, des investisseurs russes ont assisté au choc wallon et à ses incidents. Selon nos informations, ces derniers sont toujours bien en lice.

Dimanche, nous vous révélions la présence d’une autre piste menant outre-Atlantique. La semaine dernière, deux investisseurs américains ont fait le tour du propriétaire (stade et centre de formation) vendredi. Samedi, ils ont assisté au clasico féminin. Enfin, ce dimanche après-midi, bien calfeutrés dans une loge de la T1 (photo), ils ont assisté au partage des Liégeois face aux Brugeois. L’un d’entre eux pourrait être Jared Porter, l’ancien directeur général des New York Mets, franchise de baseball de la MLB.

Il semble aussi qu’aucun candidat belge ne figure dans la "short list" qui contient également une piste menant à Londres.

À l’heure actuelle, rien n’indique que la piste menant à ces investisseurs américains issus du monde du sport (baseball) mais pas encore présents dans le football sera celle que Bruno Venanzi privilégiera. Dans le courant de la semaine qui arrive, le patron du Matricule 16 posera un choix et une décision finale surviendra début février. Notons enfin que tous les candidats sont enclins à investir tant dans le club que dans l’immobilière mise sur pied par le président rouche.

Des offres, Bruno Venanzi en a bien reçues, dont une venue des États-Unis et qui portait sur l’entièreté de ses parts, offre qui a été déclinée. Car le n°1 du Standard, malgré la période délicate traversée par son club et les déboires qui le touchent, n’entendrait pas quitter le navire.