"Nous avons joué pour les gens dans les tranchées": Ecosse - Ukraine, bien plus qu'un simple match de football

Qatar 2022: l'Ukraine a gagné bien plus qu'un match de football contre l'Ecosse.

La Rédaction
L'Ukraine a gagné contre l'Ecosse
©AFP

Un match pour l'histoire. Ni plus, ni moins. Ce mercredi, l'Ukraine se déplaçait dans un Hampden Park gonflé à bloc. En jeu: une place pour une finale face au Pays de Galles afin de se qualifier pour le Mondial au Qatar cet hiver. Mais le véritable enjeu était ailleurs. Bien loin du chaos vécu au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, c'était surtout un moment où il sentait bon la fraternité et l'unité.

"Nous avons joué pour les gens dans les tranchées": Ecosse - Ukraine, bien plus qu'un simple match de football
©AFP

Avant la rencontre, les supporters des deux camps ont épaté. Que ce soit devant le stade en chantant ensemble. Ou pendant les hymnes nationaux lorsque le stade national écossais l'a entonné comme une seule patrie. Pendant le match aussi, les joueurs ukrainiens se sont surpassés. En faisant preuve d'une humilité et d'une force mentale sans précédent. "Tout le monde souhaite probablement que l'Ukraine gagne. Si c'était contre n'importe quel autre pays, je voudrais probablement qu'ils gagnent", expliquait Andrew Robertson, le capitaine écossais avant la rencontre. Cela résume bien l'esprit qui entourait cette confrontation particulière. Sauf que les joueurs de Oleksandr Petrakov ont mérité leur qualification sur le terrain. Comme en dehors d'ailleurs.

"Nous avons joué pour les gens dans les tranchées": Ecosse - Ukraine, bien plus qu'un simple match de football
©AFP

"Cette victoire, c'est pour notre pays"

Pendant 90 minutes, les Ukrainiens ont forcé l'admiration. En faisant notamment abstraction de la guerre qui se déroule actuellement dans leur pays. Mais également en dominant leur adversaire du jour. Une victoire 1-3 à l'extérieur acquise dans les derniers instants. Les héros du jour se nomment Yarmolenko, Yaremchuk et Dovbyk. Mais c'est toute une nation qui a gagné. "Cette victoire n'était pas pour moi, ou pour les membres de l'équipe, c'était pour notre pays", a exulté Oleksandr Petrakov, le coach de la Zbirna.

Une déclaration qui confirme que les Ukrainiens ne jouaient pas à onze en Écosse, mais à 43 millions. "C'est une grande victoire pour l'Ukraine", a poursuivi le coach, heureux et fier. "C'était une performance collective. Les joueurs ont tout donné pour la patrie. Que ce soit les gens à la maison, les gens dans les tranchées ou les gens dans les hôpitaux. Nous avons joué pour ceux qui donnent leur dernière goutte de sang et qui souffrent chaque jour." Pour lui, cette rencontre était bien plus qu'un match de football. Il a pu constater à quel point l'Ukraine était soutenue en Europe. "Je me promenais dans Glasgow hier lorsque quelques Écossais m'ont abordé et m'ont souhaité bonne chance. "Je veux vous remercier, l'écosse. Je n'oublierai jamais cela."

"Nous avons joué pour les gens dans les tranchées": Ecosse - Ukraine, bien plus qu'un simple match de football
©AFP

Ce premier match officiel depuis le début de la guerre, les joueurs l'attendaient depuis longtemps. Et ils ont répondu présents, à l'image du capitaine Zinchenko. "Tout le monde connaît la situation actuelle de l'Ukraine et chaque match pour nous est comme une finale", a expliqué le coéquipier de Kevin De Bruyne pour résumer l'esprit de son équipe. Pour rendre encore un peu plus ses compatriotes fiers, il reste une marche à franchir pour l'Ukraine. Et les joueurs ne veulent pas se louper. "On a ce rêve, en tant qu'équipe, c'est d'aller au Mondial. Il ne reste qu'un match, une finale de plus et on doit la gagner. Sinon ce match n'aura servi à rien", a-t-il ajouté.

Comme son équipe, le capitaine est déterminé. Ce dimanche, à 18h00, il aura l'occasion d'envoyer son équipe au Qatar. Au contraire de la Russie qui a été automatiquement éliminée de la compétition. Une petite victoire que les Ukrainiens espèrent plus grande encore avec la fin du conflit.