Corruption à la FIFA: la justice américaine accorde 92 millions de dollars d'indemnisation en plus

Le ministère américain de la Justice a indiqué jeudi qu'il accordait à la Fifa et aux confédérations américaines de football 92 millions de dollars supplémentaires de dédommagement, en plus des 201 millions annoncés en août, au titre de malversations commises par d'anciens dirigeants du foot mondial.

Belga
Corruption à la FIFA: la justice américaine accorde 92 millions de dollars d'indemnisation en plus
©AFP

Le parquet fédéral de Brooklyn, à New York, a annoncé dans un communiqué la "distribution supplémentaire d'environ 92 millions de dollars pour compenser les pertes subies par la Fifa, l'organisation mondiale du football, la Concacaf (confédération d'Amérique du nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes), la Conmebol (confédération sud-américaine de football) et diverses fédérations nationales de foot, désignées sous l'appellation de +victimes+".

Cette mesure "marque notre engagement à rendre aux victimes de l'argent obtenu par corruption et fraude (...) qui sera réutilisé dans l'intérêt du sport", a vanté le procureur de Brooklyn Breon Peace, en rappelant que dans le volet américain du "Fifagate" plus de 50 personnes physiques et morales de 20 pays avaient été poursuivies.

L'affaire avait éclaté en mai 2015 avec l'arrestation spectaculaire de sept dirigeants du foot mondial à Zurich et qui avait conduit quelques mois plus tard au départ de Sepp Blatter, président de la Fifa depuis 1998, auquel a succédé Gianni Infantino.

Cela concernait un système de pots-de-vin et de "racket" organisé par des responsables du football en Amérique du sud et en Amérique centrale, en échange de l'attribution des droits de diffusion TV de compétitions, dont la Copa America.

Instruit aux Etats-Unis, le "Fifagate" a notamment abouti à la condamnation à neuf ans de prison du Paraguayen Juan Angel Napout, ancien président de Conmebol, et à quatre ans de prison du Brésilien José Maria Marin, ex-dirigeant de la fédération brésilienne.