Le TAS donne raison à l'UEFA et la FIFA pour le bannissement des formations russes

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté vendredi les recours contre l'exclusion des équipes nationales et des clubs russes de toutes les compétitions européennes et mondiales, ainsi que les recours contre l'UEFA de quatre clubs russes pour leur bannissement des rendez-vous européens en 2022-2023.

Belga
Le TAS donne raison à l'UEFA et la FIFA pour le bannissement des formations russes
©AFP

La Fédération internationale de football (FIFA) et sa consœur européenne (UEFA) ont décidé de bannir la Russie de tous leurs tournois le 28 février 2022, quelques jours après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

En tout, six recours ont été introduits. Un par la FUR contre l'UEFA et un contre la FIFA, ainsi que ceux du Zénith Saint-Pétersbourg, du FC Sotchi, du CSKA Moscou et du Dynamo Moscou contre l'UEFA. Les quatre formations avaient réagi à la décision de l'UEFA, début mai, d'exclure les clubs russes de toutes ses compétitions, à savoir la Ligue des champions, l'Europa league et la Conference league.

Tous les appels ont été rejetés par un panel de jugs du TAS qui a entendu les plaignant par visioconférence les 5 et 11 juillet.

Le TAS a expliqué son choix dans un communiqué : "Le panel a déterminé que l'escalade du conflit entre la Russie et l'Ukraine, ainsi que les réponses de la population et des gouvernements du monde entier, ont créé des circonstances imprévues et sans précédent auxquelles l'UEFA et la FIFA ont dû réagir."

"En obligeant les équipes nationales russes et les clubs à participer aux compétitions sous une bannière neutre tant que de telles circonstances persistent, le panel a estimé que les deux parties avaient agi dans le cadre du pouvoir discrétionnaire qui leur était accordé en vertu de leurs statuts et règlements respectifs."

Le communiqué poursuit : "Le panel ne trouve pas nécessaire de caractériser la nature du conflit entre la Russie et l'Ukraine, mais seulement de se focaliser sur les conséquences d'un tel conflit pour les compétitions concernées."

"Le panel trouve malheureux que les opérations militaires actuelles en Ukraine, pour lesquelles les équipes de Russie, les clubs et les joueurs n'ont aucune responsabilité, aient eu des conséquences si néfastes pour eux et le football russe en général, mais ces conséquences ont été contrebalancées par la nécessité de maintenir l'ordre et la sécurité dans l'organisation des compétitions de football dans le reste du monde."