Les Red Flames entre déception et fierté: "On doit être fier et regarder de l'avant"

À la sortie des vestiaires, les Red Flames n’avaient pas le sourire même si leur prestation a été convaincante.

Uefa Women's Euro : Belgium v Sweden
©Photo News

Le scénario a été cruel mais il est implacable : la Belgique ne disputera pas les demi-finales de l’Euro après avoir encaissé un but dans les arrêts de jeu.

Le mot déception revenait d'ailleurs dans les déclarations d'après-match. "Mais à côté de la déception, il y a aussi la fierté", a affirmé Ives Serneels. "Quand tu penses que la Suède est théoriquement trois fois plus forte."

La physionomie du match ne correspondait d'ailleurs pas à l'écart qui existe au ranking mondial entre les deux équipes (17 places d'écart). "Je crois que la Suède a peut-être cru pouvoir nous battre 4 ou 5-0", se remémorait Wullaert. "C'était un match difficile mais c'est peut-être notre meilleure prestation du tournoi. À la sortie du match, il est difficile pour moi de dire qu'on sort la tête haute. Je le dirai ce samedi."

On le répète depuis lundi : l'équipe a grandi au fil du tournoi et s'est présentée sur le terrain ses armes comme la résilience et l'organisation. Il a juste manqué l'occasion pour marquer. "C'est vrai mais défendre constamment, ça coûte aussi de l'énergie", ajoute la future joueuse de Sittard qui est restée muette durant tout le tournoi alors qu'elle présente des statistiques de buteuse impressionnantes. "On a eu des occasions dans les 15 dernières minutes parce qu'on poussait mais on avait déjà tout donné. C'est donc normal si on a manqué de présence offensive mais ce vendredi soir, ce n'était pas le moment d'être négatif. On doit regarder vers l'avant. On doit être fier et positif."

Après ce beau tournoi et ces quatre matchs de très hautes factures, les Flames rentrent au pays ce week-end. Le temps de se refaire le match et de revoir ce but si cruel dans les arrêts de jeu alors que Nicky Evrard avait de nouveau tout arrêté… jusqu'à cette 93e minute. "C'est dur à ce moment. On n'a pas eu de chance. Je la repousse à même la ligne mais ça revient sur Sembrant et elle met au fond", soupire une Janice Cayman qui a de nouveau dépanné au back. "Comme toute l'équipe, j'ai aussi grandi dans ce tournoi mais ça fait mal car on a fait de belles choses."